Sortir à Lyon
Partager cet article :

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est… Annette (le rôle, qu’on vous lais­sera décou­vrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l’ori­gine du film, ce qui est quand même ballot pour une comé­die musi­cale. L’am­bi­tion était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouver­ture et une superbe scène d’amour en chanté, les fran­gins tartinent chaque dialogue inuti­le­ment comme dans un mauvais Jacques Demy, avant de termi­ner la dernière heure en logor­rhées de voix de crécelle (on vous laisse, toujours, décou­vrir pourquoi…).

Dur, dur, la vie d’ar­tiste

Tout, dans Annette, aurait pu être inté­res­sant : d’abord l’ins­pi­ra­tion nocturne et visuelle autour du mythe Los Angeles, ensuite le milieu artis­tique entre une humo­riste et une diva d’opéra, qui nous vaut quelques séquences gran­dioses d’Adam Driver en stand upper (par ailleurs produc­teur du film)… Malheu­reu­se­ment, et Marion Cotillard n’y est pour rien, le milieu lyrique est beau­coup plus déco­ra­tif, surtout lorsque débarque un mini chef d’or­chestre qui va aussi mal finir qu’il a commen­cé…

Adam Driver et Marion Cotillard en pleine tempête.

#MeToo et Bertrand Cantat

Carax ne manque pas de fulgu­rances ni d’auto-réfé­rences : on peut tout à fait imagi­ner ce long purga­toire d’un artiste alcoo­lique battant sa femme à mort comme un écho à l’his­toire de Bertrand Cantat, qu’on voyait juste­ment réap­pa­raître dans son film précé­dent, le très beau Holy Motors. Malheu­reu­se­ment, après avoir lancé lui-même son film derrière sa console, Leos Carax en rajoute et veut tout embras­ser : l’his­toire d’amour de la bluette glamour aux rêves post-mortem, le mouve­ment #MeToo (toujours en chanté), l’ex­ploi­ta­tion média­tique et le film de procès, jusqu’à une tempête, ridi­cule, qui scelle en son sein le bascu­le­ment défi­ni­tif du film vers le WTF. A vouloir tout embras­ser puis tout abîmer ensemble, Carax ne filme ni n’ap­pro­fon­dit plus rien, à part un exer­cice de style, certes parfois flam­boyant. C’est d’au­tant plus dommage qu’il avait un couple en or, à commen­cer par un Adam Driver mons­trueux, dans tous les sens du terme.

Annette de Leos Carax (Fr, 2h20) avec Adam Driver, Marion Cotillard, Simon Helberg… Sortie le 7 juillet.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...