Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoe­ven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habi­tée par Jésus. Chasse aux démons, amour char­nel, jouis­sance et expia­tion, stig­mates et délires chris­tiques… ce film sur l’his­toire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se trans­forme en diver­tis­se­ment décom­plexé de chair et de sang, sous la plume du scéna­riste de Elle, David Birke, dans lequel Virgi­nie Efira jouait déjà une sainte-nitouche en second rôle… Cette fois, elle touche, et elle est de tous les plans ! On retrouve avec bonheur le sens de l’ac­tion propre à Verhoe­ven, de la recons­ti­tu­tion d’époque, très belle, aux cauche­mars sanglants, en passant par l’ex­ploit de (presque) réus­sir un thril­ler en chambre avec rebon­dis­se­ments à gogo et second rôles de luxe (Char­lotte Rampling et Lambert Wilson, épatants). 

Lambert Wilson sous son grand chapeau.

Extase lesbienne façon Marc Dorcel

C’est l’ima­ge­rie reli­gieuse et les ruses du corps qui amusent Verhoe­ven, avec ce goût du kitsch et le voyeu­risme goulu qui habitent son cinéma depuis Le Quatrième homme (1983)… dans lequel on voyait un homme bais­ser le slip rouge d’un Christ sur la croix. Ici, c’est la fête au cruci­fix et à l’ex­tase lesbienne, façon Marc Dorcel. Splen­dide, Virgi­nie Efira semble plus avoir été choi­sie pour sa plas­tique que pour l’am­bi­guïté qui manque à son incar­na­tion, même si en gros malin Verhoe­ven se garde bien de lever le doute quant à sa sain­teté (pour la réflexion sur la foi, mieux vaut regar­der C News…). Lorsqu’il quitte le diver­tis­se­ment pour se prendre un peu trop sérieux – avec des arti­fices de doublage qu’on épargne à ceux qui n’ont pas encore vu le film – Bene­detta se dévoile, à l’ins­tar de son final impayable, pour ce qu’il est au bout du compte : un nanar sympa­thique, film mineur et inso­lite comme sait encore en créer Verhoe­ven, plai­sant à regar­der, mais pour amateurs de cinéma de genre exclu­si­ve­ment.

Bene­detta de Paul Verhoe­ven (Fr, 2h07) avec Virgi­nie Efira, Daphné Pata­kia, Char­lotte Rampling, Lambert Wilson, Olivier Rabour­din…

Daphné Pata­kia et Virgi­nie Efira par qui le scan­dale arri­ve…

Un cinéaste en colère

Le Genou d’Ahed, De Nadav Lapid (Israël, 1h49). Avec Avshalom Pollak, Nur Fibak, Yoram Honig......

Avez-vous vu Vale­ria Bruni-Tedes­chi danser ?

Une jeune femme court dans les rues de Paris après avoir planté là sa propriétaire (à qui elle doit deux loyers) et son mec dont elle ne sait plus si elle l’aime… Thé ou café ? (dialogue véridique dans la première scène) Caméra à l’épaule, milieu cultivé dans lequel on ne se trom...

Un Lavoir public et inclu­sif sur les pentes

Lieu alternatif à la Berlinoise, Le Lavoir Public avait fermé ses portes en tout début d'année sur les pentes de la Croix-Rousse. C'était sans compter l'association Le La Voir Public qui en rénove actuellement les locaux et prépare sa programmation sur le thème de « l’inclusivité...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...