Sortir à Lyon
Partager cet article :

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ou­ver­ture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d’une complai­sance pour la souf­france souvent insup­por­tables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronen­berg, à l’éro­tisme doux et aux mots chucho­tés. Ici, point de salut ni de douceur. Une fois passé un acci­dent de la route télé­phoné, tout est hurlé, jailli, vomi, ensan­glanté et pissé en sécré­tions en tous genres, avec une ultra­vio­lence physique et psychique qui cherche en perma­nence la sidé­ra­tion, et une obses­sion pour la maltrai­tance au fémi­nin qui laisse pantois. Vous voilà préve­nus. De ce point de vue, la première partie est presque inutile tant elle est ratée, à vouloir provoquer à tout prix un malaise chez les spec­ta­teurs qui n’ont rien demandé. Et pour­tant Titane, comme son titre l’in­dique, résiste à tout, même à son inter­prète prin­ci­pale, témé­raire, kami­kaze, mais actrice parfois embar­ras­sante, quand elle doit commen­cer à jouer plus que s’ex­hi­ber, notam­ment le temps d’une danse épicène fran­che­ment ratée.

Vincent Lindon sans l’ha­bit.

Viri­liste pour toutes

Car Titane n’est pas non plus un film trans­genre à propre­ment parler (on vous laisse le décou­vrir la fin), plutôt un film « viri­liste pour toutes » en quelque sorte, sa façon à lui d’être « inclu­sif« , selon le mot de sa réali­sa­trice. Et pour­tant, le temps d’une danse de pompiers en état de grâce, puis d’un incen­die et d’un finale esto­maquant, le miracle a bien lieu.

Vincent Lindon avec l’ha­bit.

Le film trouve son rythme petit à petit dans sa seconde partie, impose ses visions cauche­mar­desques, déve­lop­pant sans cesse des pistes de scéna­rio qui finissent par abou­tir à son véri­table sujet : dépas­ser la mons­truo­sité de la filia­tion à travers un film de vengeance ultime. On se serait volon­tiers épar­gné le calvaire de la première demi-heure, mais aussi impar­fait et agaçant soit-il, il y a bien du cinéma dans Titane, et un cinéma d’un nouveau genre celui-là, pourvu qu’on accepte d’en payer le prix. Ce qui n’est jamais une obli­ga­tion.

Titane de Julia Ducour­nau (Fr, 1h48) avec Agathe Rous­selle, Garance Marillier, Vincent Lindon, Bertrand Bonnel­lo… Palme d’Or au festi­val de Cannes 2021. Sortie le 14 juillet.

Un cinéaste en colère

Le Genou d’Ahed, De Nadav Lapid (Israël, 1h49). Avec Avshalom Pollak, Nur Fibak, Yoram Honig......

Avez-vous vu Vale­ria Bruni-Tedes­chi danser ?

Une jeune femme court dans les rues de Paris après avoir planté là sa propriétaire (à qui elle doit deux loyers) et son mec dont elle ne sait plus si elle l’aime… Thé ou café ? (dialogue véridique dans la première scène) Caméra à l’épaule, milieu cultivé dans lequel on ne se trom...

Un Lavoir public et inclu­sif sur les pentes

Lieu alternatif à la Berlinoise, Le Lavoir Public avait fermé ses portes en tout début d'année sur les pentes de la Croix-Rousse. C'était sans compter l'association Le La Voir Public qui en rénove actuellement les locaux et prépare sa programmation sur le thème de « l’inclusivité...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...