Sortir à Lyon
Partager cet article :

OSS 117 : votre blanquette est-elle toujours bonne ?

Jean Dujardin et Pierre Niney OSS 117

Nouveau réali­sa­teur, nouvelle desti­na­tion, nouveaux person­na­ges… mais c’est bien le même Hubert Bonis­seur de La Bath que nous retrou­vons pour ce troi­sième volet. Alors va-t-on rire jaune lors de cette alerte rouge en Afrique noire ?

Quatorze ans après Rio, Hubert Bonis­seur de La Bath s’en­vole en Afrique empê­cher des rebelles assoif­fés de démo­cra­tie de renver­ser le dicta­teur Bamba, garant des inté­rêts de la France. Mais le numéro 1 des rensei­gne­ments français a perdu de sa superbe. Le souffle court de la cinquan­taine le rattrape ; au lit avec une femme qui reven­dique son plai­sir, il a du mal à « hisser les couleurs », et en mission il est dépassé par le jeune et frin­gant OSS 1001, sa moder­nité, son éner­gie et sa « part de fémi­nité » qui attire les femmes.

OSS117 Jean Dujardin
Jean Dujar­din et le zèbre – OSS 117, Alerte Rouge en Afrique Noire

Hubert, toujours le meilleur ?

Dans ce troi­sième volet, Jean Dujar­din retrouve ses répliques cultes empreintes de racisme et de sexisme décom­plexés, pour le plus grand bonheur des fans qui crai­gnaient de voir leur agent secret fétiche déna­turé aux mains d’un nouveau réali­sa­teur. Non seule­ment, Nico­las Bedos fait perdu­rer l’hé­ri­tage d’un humour surfant déli­bé­ré­ment à la limite du lour­dingue pour mieux se moquer de son person­nage, mais en plus il parvient fine­ment à le contras­ter en faisant vaciller la légende 117, sans céder à la pres­sion des débats de société. Et le soir de la première, dans la salle de cinéma comble, on rit de tout. De quoi rassu­rer les insur­gés qui s’inquié­taient de voir le film confisqué par la culture woke : l’hu­mour poli­tique­ment incor­rect propre à OSS 117 fait toujours son effet en 2021. Nul ne fera descendre Hubert Bonis­seur de La Bath de son piédes­tal.


OSS 117, Alerte Rouge en Afrique Noire, de Nico­las Bedos (Fr, 1h56) avec Jean Dujar­din, Pierre Niney, Fatou N’Diaye… Sortie le 4 août 2021.

« Tout s’est bien passé » pour André Dussol­lier

François Ozon adapte le récit autobiographique d’Emmanuèle Berheim en conservant tous les noms (on reconnaît Serge Toubiana de la Cinémathèque). C’est Sophie Marceau, grave et radieuse à la fois, qui endosse le rôle de cette sœur d’une grande famille parisienne, chargée d’organis...

Dune, splen­deur visuelle et glou­bi­boulga

En général, il faut se méfier quand un film se termine au bout de 2h30 par ces mots : “ce n’est qu’un début”. D’abord, parce que ça veut souvent dire qu’il n’a que trop durer, ensuite parce que dans le cas présent on a bien compris que du sable, on allait encore en manger (ce n’e...

Laurent Lafitte, l’ori­gine de l’im­monde

Il y sera question de sexualité… dans le noir, pendant un long dialogue introductif pour savoir qui a joui. Une fois la lumière allumée, le film va renoncer peu à peu à tout ce qui aurait pu faire son originalité : une sexualité troublée malgré 17 ans de vie conjugale, une filiat...

Un cinéaste en colère

Le Genou d’Ahed, De Nadav Lapid (Israël, 1h49). Avec Avshalom Pollak, Nur Fibak, Yoram Honig......