Sortir à Lyon
Partager cet article :

Free Guy, Ryan Reynolds dépu­celé par la bouche !

Guy, un employé de banque céli­ba­taire, répète jour après jour les mêmes actions et les mêmes jokes, avec l’illu­sion de vivre au para­dis. Son café latte medium du matin lui procure une jouis­sance quoti­dienne abso­lue : « j’ai l’im­pres­sion de me faire dépu­ce­ler par la bouche » déclare-t-il de façon récur­rente. Jusqu’au jour où se produit le déclic. Il aperçoit dans la rue une fille qu’il n’avait vu qu’en rêve. Et, en même temps, il réalise qu’il est un person­nage de jeu vidéo. Pire, il fait partie de la masse des PNJ, les Person­nages Non Jouables, condam­nés à vivre dans une boucle prédé­fi­nie pour agré­men­ter les actions des véri­tables joueurs.

The one and only Ryan Reynolds en pleine extase virtuelle.

Plai­sir ludique et conscience marxiste

Un vrai sujet d’étude pour les penseurs marxistes. En deve­nant une star de Free City, Guy s’em­ploie à séduire Molo­tov girl, l’ava­tar de Millie, une des créa­trices du jeu spoliée par l’ignoble star­tu­per Antwan, prêt à détruire son univers et le monde numé­rique qui l’ha­bite. Il est éton­nant qu’a­près avoir mélangé dans une grosse béton­neuse Ready player one, Un jour sans fin, Grand Theft Auto, The Truman Show, Jumanji et Fort­nite, on ne se retrouve pas dans un film en forme de tas informe, que dans le langage des puristes du cinéma, on appelle une bouse. Au contraire, Free Guy, outre un plai­sir ludique inin­ter­rompu, aborde des sujets comme la liberté, la conscience de soi, la violence, l’amour… Et un véri­table doute sur ma boulan­gère qui, après avoir entendu le code « une baguette svp », répète systé­ma­tique­ment « une baguette ? » puis systé­ma­tique­ment « et avec ça ? ». PNJ ? FRançois Mailhes

Free Guy de Shawn Levy (EU, 1h55) avec Ryan Reynolds, Jodie Corner, Poki­mane, Chan­ning Tatum… Sortie le 11 août.

Night­mare Alley, le nouveau film ciné­vore de Guillermo Del Toro

La reconstitution historique, superbe, indique la période. Mais la phrase « il paraît que le Chleuh qui ressemble à Charlie Chaplin a envahi la Pologne » ne laisse plus de doute : nous sommes en septembre 1939. On se plaint aujourd’hui du climat, mais à cette période il pleuvait ...

Anthony Hopkins, « Father » à Oscars, nouveau sur Canal plus

C’est ce que les anglo-saxons appellent un “vehicle”. Un film tout entier construit autour d’une star, en l’occurrence Anthony Hopkins, le seul acteur avec lequel on peut passer 1h40 au ralenti dans une chambre sans s’ennuyer. Le personnage de The Father, premier film de Florian ...

Night­mare Alley, le nouveau film inter­mi­nable de Guillermo del Toro

C’est toujours embêtant quand l’aboutissement d’un film de 2h30 n’intervient qu’à la toute fin, dans une dernière scène, heureusement splendide. Avant, il vous faudra être (très) patient pour faire dix fois le tour d’une fête foraine des années 40, certes avec une Rooney Mara arc...