Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Terre des hommes, et le corps des femmes

la terre des hommes

DRAME AGRICOLE

Depuis Petit Paysan puis Au nom de la terre ou La Nuée, les diffi­cul­tés du monde agri­cole ont fait leur entrée dans un cinéma français autre­fois cantonné aux drames urbains. Pour son deuxième film, Naël Maran­din l’aborde cette fois à travers un drame de mœurs parti­cu­liè­re­ment bien amené : celui d’une jeune femme tentant de reprendre l’ex­ploi­ta­tion fami­liale avec son fiancé en se confron­tant au vieux monde des hommes : marchés aux bestiaux, enchères, pour s’agran­dir elle obtient le soutien d’un repré­sen­tant syndi­cal parti­cu­liè­re­ment charis­ma­tique (Jalil Lespert, formi­dable d’am­bi­guïté magné­tique), jusqu’à « céder »à une liai­son trouble dans laquelle le rapport de domi­na­tion sociale n’est jamais tota­le­ment étran­ger. Comme Slalom de Char­lène Favier, La Terre des hommes pose la ques­tion du « rapport sexuel non désiré » selon les mots de son réali­sa­teur, dans cette zone trouble du désir réci­proque mais pas forcé­ment consenti, que Naël Maran­din a l’in­tel­li­gence de lais­ser dans toute sa complexité dans sa seconde partie. Un excellent portrait de femme se battant en terre hostile, et un film social complexe et nuancé, ce qui ne manquera pas de faire mal aux bien-pensant(e)s, mais qui donne matière à un beau film de cinéma.


La Terre des hommes, de Naël Maran­din (Fr, 1h37) avec Diane Rous­sel, Jalil Lespert, Finne­gan Oldfield, Olivier Gour­met…
Sortie le 26 août.

Que vaut le nouveau Scream ?

Le téléphone de Tara sonne. C’est un homme sympathique à la voix chaude qui dit être un ami de sa mère. Il aborde divers sujets dont les films d’horreur. « Quel est ton préféré ?». Tara, la dinde, est à fond : « Mister Babadook ! Parce que c’est plus qu’un film d’horreur». L’homm...

Trin­ti­gnant dans la plus belle comé­die italienne de Dino Risi

Dino Risi a toujours eu une place à part dans la comédie italienne : plus amer dans son propos (Pauvres mais beaux), plus baroque dans sa mise en scène (Le Signe de Vénus), plus politique (les satires géniales de La Marche sur Rome ou de Une vie difficile). Il était aussi plus ac...

Le nouveau Guillermo del Toro en avant-première au Lumière Terreaux

C'est Thierry Frémaux qui dans ses premières années cannoises avait sélectionner Le Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro en 2006, faisant entrer le cinéma de genre en compétition sur la Croisette. Avec une belle fidélité, c'est donc Thierry Frémaux qui viendra présenter dimanc...

Rattra­page 2021 : nos 10 plus beaux films pour 3,50 €

UGC ou Télérama, à vous de choisir. A partir du mercredi 12 pour les Incontournables UGC, et mercredi 19 janvier pour le festival Télérama, vous pourrez revoir ou rattraper une bonne partie des meilleurs films de 2021, pour 3,50 € dans les deux cas. Même s'il manque à nos yeux We...