Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Terre des hommes, et le corps des femmes

la terre des hommes

DRAME AGRICOLE

Depuis Petit Paysan puis Au nom de la terre ou La Nuée, les diffi­cul­tés du monde agri­cole ont fait leur entrée dans un cinéma français autre­fois cantonné aux drames urbains. Pour son deuxième film, Naël Maran­din l’aborde cette fois à travers un drame de mœurs parti­cu­liè­re­ment bien amené : celui d’une jeune femme tentant de reprendre l’ex­ploi­ta­tion fami­liale avec son fiancé en se confron­tant au vieux monde des hommes : marchés aux bestiaux, enchères, pour s’agran­dir elle obtient le soutien d’un repré­sen­tant syndi­cal parti­cu­liè­re­ment charis­ma­tique (Jalil Lespert, formi­dable d’am­bi­guïté magné­tique), jusqu’à « céder »à une liai­son trouble dans laquelle le rapport de domi­na­tion sociale n’est jamais tota­le­ment étran­ger. Comme Slalom de Char­lène Favier, La Terre des hommes pose la ques­tion du « rapport sexuel non désiré » selon les mots de son réali­sa­teur, dans cette zone trouble du désir réci­proque mais pas forcé­ment consenti, que Naël Maran­din a l’in­tel­li­gence de lais­ser dans toute sa complexité dans sa seconde partie. Un excellent portrait de femme se battant en terre hostile, et un film social complexe et nuancé, ce qui ne manquera pas de faire mal aux bien-pensant(e)s, mais qui donne matière à un beau film de cinéma.


La Terre des hommes, de Naël Maran­din (Fr, 1h37) avec Diane Rous­sel, Jalil Lespert, Finne­gan Oldfield, Olivier Gour­met…
Sortie le 26 août.

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...