Sortir à Lyon
Partager cet article :

Dino Risi et le parfum des femmes

Dino Risi a toujours eu une place à part dans la comé­die italienne : plus amer dans son propos (Pauvres mais beaux), plus baroque dans sa mise en scène (Le Signe de Vénus), ou plus acide dans son obser­va­tion sociale (Les Monstres, film à sketches impi­toyable pour ses mâles contem­po­rains, qui ne manqua pas de faire école). Parfum de femme inau­gure le cycle de trois films que lui consacre le Lumière Fourmi dans la foulée de la rétros­pec­tive orga­ni­sée à la Ciné­ma­thèque à Paris. C’est un de ses films les plus célèbres avec Le Fanfa­ron, toujours avec son acteur fétiche, Vitto­rio Gass­man.

Tragi-comé­die italienne

Le pitch est déjà à lui seul un geste auda­cieux de cinéma, ou comment filmer les amours déses­pé­ré­ment soli­taires d’un aveugle, imagi­nant encore autour de lui l’at­ti­rance qu’il éprouve pour les femmes par leur seul parfum… et quelques attou­che­ments. Gass­man est crédible et charis­ma­tique en diable en amou­reux privé des sens. Plus vintage, tu meurs, des décors d’in­té­rieur all’I­ta­lia jusqu’au Tech­ni­co­lor chromo, en passant par la séquence de la boîte de nuit avec une musique digne des BO les plus idio­ma­tiques des années 70. Mais Parfum de femme est aussi un tour complet de l’Ita­lie super­be­ment photo­gra­phiée à l’air libre, de Turin à Gênes en passant par Naples ou Turin en ouver­ture du film. Le duo que forme Gass­man avec son jeune garçon en facto­tum est une merveille de tendresse souriante (Ales­san­dro Momo), et selon la loi lucide et impi­toyable du réali­sa­teur, la comé­die se trans­forme en « tragé­die italienne » selon ses propres dires (mais pas trop), lorsque débarque la sublime Agos­tina Belli.

Bande annonce d’époque à la sortir du film en 1974.

Parfum de femme de Dino Risi, (Profumo di donna, 1974, It, 1h40) avec Vitto­rio Gass­man, Ales­san­dro Momo, Agos­tina Belli… Reprise dans le cadre du cycle Dino Risi au cinéma Lumière Fourmi, Lyon 3e.

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...