Sortir à Lyon
Partager cet article :

Un triomphe de Kad Mérad derrière les barreaux

C’est la bonne surprise de la semaine au rayon salles obscures : une comé­die française en forme de feel good movie, qui range les grosses ficelles pour jouer davan­tage sur le registre du drame social. Inspiré d’une histoire vraie surve­nue en Suède dans les années quatre-vingt et tourné en partie à Lyon – notam­ment au théâtre de la Croix-Rousse – Un triomphe raconte l’aven­ture théâ­trale d’un comé­dien et d’une bande de déte­nus qui vont monter ensemble En atten­dant Godot… Pas vrai­ment du gâteau quand on est plus fami­lier des braquages et autres magouilles plutôt que de l’oeuvre du grand Samuel Beckett. Si ce film choral fonc­tionne, c’est surtout grâce à sa gale­rie de person­nages, forcé­ment tous cabos­sés par la vie. Etienne, l’ani­ma­teur de ces ateliers de théâtre, n’est d’ailleurs lui-même pas en reste, comé­dien raté, aigri et colé­rique, qui veut faire jouer ses petits proté­gés dans de vrais théâtres davan­tage pour redo­rer son estime de soi que par pure charité.

Kad Mérad dans Un triomphe d’Em­ma­nuel Cour­col (photos Carole Bethuel).

Franche cama­ra­de­rie

Autour de ce Kad Merad taci­turne qui retrouve peu à peu le goût du jeu, on découvre une équipe d’ex­cel­lents acteurs plus vrais que nature, en parti­cu­lier Sofian Khammes en caïd aux motifs troubles et Pierre Lottin en jeune illet­tré nerveux. Les scènes les plus réus­sies sont d’ailleurs celles tour­nées en prison, multi­pliant morceaux de bravoure et parties de franche cama­ra­de­rie avec vannes et punchlines lancées à toute allure. Le film perd malheu­reu­se­ment un peu de son souffle en seconde partie avec la tour­née de théâtre. On regrette juste que les critiques portant sur le milieu carcé­ral ne soient pas davan­tage musclées et nuan­cées. Mais reste un feel good movie parfait pour ne pas se prendre la tête à la rentrée.

Un Triomphe d’Em­ma­nuel Cour­col (Fr, 1h46) avec Kad Mérad, Sofian Khammes, Pierre Lottin, Marina Hands, Laurent Stocker… Sortie le 1er septembre. Lire aussi tous les films de la rentrée dans le nouveau numéro d’Exit.

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...