Sortir à Lyon
Partager cet article :

Avez-vous vu Vale­ria Bruni-Tedes­chi danser ?

Une jeune femme court dans les rues de Paris après avoir planté là sa proprié­taire (à qui elle doit deux loyers) et son mec dont elle ne sait plus si elle l’ai­me… Thé ou café ? (dialogue véri­dique dans la première scène) Caméra à l’épaule, milieu cultivé dans lequel on ne se trompe pas sur Madame de Staël, spon­ta­néité jusqu’à l’égo­tisme du person­nage prin­ci­pal et confu­sion des senti­ments à tous les étages : après avoir rencon­tré Daniel, plus âgé qu’elle, Anaïs fina­le­ment préfé­rera sa femme, dès qu’elle aura lu son livre…

Lesbien raison­nable ?

Vale­ria Bruni-Tedes­chi dansant devant Anaïs Demous­tier.

Serions-nous dans un film français ? La réponse est oui : rien de bien nouveau dans ce premier film mettant un peu trop ses nu-pieds dans le tout Paris du cinéma d’au­teur. Mais une fois passée cette cari­ca­ture, Vale­ria Bruni-Tedes­chi capte la lumière et le regard d’Anaïs (Demous­tier) le temps d’une danse sublime en apesan­teur sur Bette Davis Eyes. Solaire en écri­vain mature appre­nant à ce feu follet au fémi­nin ce qu’a­mour veut dire, elle finit par la conver­tir à un début de gravité au milieu de beaux paysages de la Norman­die, à la façon d’une desti­née senti­men­tale. On n’a même pas détesté. Est-ce bon signe ?


Les Amours d’Anaïs de Char­lotte Bour­geois-Tacquet (Fr, 1h38) avec Anaïs Demous­tier, Denis Poda­ly­dès, Vale­ria Bruni-Tedes­chi, Bruno Todes­chi­ni… Sortie le 15 septembre.

La chan­son du film sur laquelle danse Vale­ria Bruni Tedes­chi…

Un cinéaste en colère

Le Genou d’Ahed, De Nadav Lapid (Israël, 1h49). Avec Avshalom Pollak, Nur Fibak, Yoram Honig......

Un Lavoir public et inclu­sif sur les pentes

Lieu alternatif à la Berlinoise, Le Lavoir Public avait fermé ses portes en tout début d'année sur les pentes de la Croix-Rousse. C'était sans compter l'association Le La Voir Public qui en rénove actuellement les locaux et prépare sa programmation sur le thème de « l’inclusivité...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...