Sortir à Lyon
Partager cet article :

Boîte noire, le thril­ler parano de la rentrée

Yann Gozlan retrouve Pierre Niney après Un Homme idéal, en gardant le même pseu­do­nyme pour son person­nage, Matthieu Vasseur, à la façon d’un Ripley. Il est toujours seul contre tous mais doit cette fois faire face au mensonge plutôt que d’en être le produc­teur. Tech­ni­cien des écoutes au BEA, le bureau chargé de l’enquête sur le crash en Savoie du vol Dubaï-Paris, il est rapi­de­ment promu enquê­teur en chef par son supé­rieur incarné par l’énig­ma­tique André Dussol­lier. Imagi­na­tion sonore pour savoir ce qui a pu réel­le­ment se dérou­ler lors du crash, ambiance claus­tro d’une enquête en soli­taire menée secrè­te­ment sur les écrans, Yann Gozlan joue très bien des atmo­sphères à partir d’un scéna­rio docu­menté qui nous fait entrer comme rare­ment dans les coulisses du contrôle de l’avia­tion civile.

Fausses pistes

André Dussol­lier face à Pierre Niney dans Boîte noire.

Multi­pliant les fausses pistes, ce thril­ler d’in­ves­ti­ga­tion joue la carte de la sobriété formelle pour mieux entre­te­nir le suspense, en collant aux basques de son héros obses­sion­nel, geek profes­sion­nel perdu dans une mani­pu­la­tion d’écrans trop grande pour lui. Mais c’est bien du monde réel dont il est ques­tion, en partant à la recherche d’un mysté­rieux disparu du BEA (Olivier Rabour­din), jusqu’à une finale superbe et inat­ten­du… dans l’eau ! Complo­tisme, alié­na­tion, espion­nage indus­triel mettant en cause les rapports de couple ou les couver­tures poli­tiques, intel­li­gem­ment, Yann Goslan ne tranche pas, offrant le meilleur du diver­tis­se­ment à l’amé­ri­caine appliqué en terri­toire français. Sans préten­tion, mais aussi origi­nal qu’ef­fi­cace. La fiction la plus origi­nale de la rentrée. L.H.


Boîte noire de Yann Gozlan (Fr, 2h09) avec Pierre Niney, André Dussol­lier, Lou de Lâage, Olivier Rabour­din… Sortie le 8 septembre.

Un dessin animé à donner le vertige

On a rarement été autant emballé par un film d'animation, pour adulte qui plus est. Adapté par Patrick Imbert du manga de Jirô Taniguchi, qui est lui-même une adaptation d’un feuilleton à succès paru dans la presse japonaise dans les années 90, Le Sommet des dieux est une réussit...

« Tout s’est bien passé » pour André Dussol­lier

François Ozon adapte le récit autobiographique d’Emmanuèle Berheim en conservant tous les noms (on reconnaît Serge Toubiana de la Cinémathèque). C’est Sophie Marceau, grave et radieuse à la fois, qui endosse le rôle de cette sœur d’une grande famille parisienne, chargée d’organis...

Dune, splen­deur visuelle et glou­bi­boulga

En général, il faut se méfier quand un film se termine au bout de 2h30 par ces mots : “ce n’est qu’un début”. D’abord, parce que ça veut souvent dire qu’il n’a que trop durer, ensuite parce que dans le cas présent on a bien compris que du sable, on allait encore en manger (ce n’e...

Laurent Lafitte, l’ori­gine de l’im­monde

Il y sera question de sexualité… dans le noir, pendant un long dialogue introductif pour savoir qui a joui. Une fois la lumière allumée, le film va renoncer peu à peu à tout ce qui aurait pu faire son originalité : une sexualité troublée malgré 17 ans de vie conjugale, une filiat...