Sortir à Lyon
Partager cet article :

Mouloud Achour, la daube de la semaine

C’est vrai qu’il est sympa Mouloud Achour. Quand il tourne un film (d’ailleurs pas tout seul, il est co-réalisé), il y met tous ses petits copains, à commen­cer par ceux de Canal+, dont les humo­ristes Romain Frays­si­net et Djimo… qu’on retrouve tous les dimanches sur le plateau de Clique, l’émis­sion présen­tée par Mouloud Achour, quel heureux hasard. On y croise aussi d’an­ciennes gloires de la chaîne cryp­tée, comme Kyan Khojandi ou Omar Sy, histoire que les télé­spec­ta­teurs de la chaîne ne soient pas tota­le­ment dépay­sés. Voilà comment, sous couvert de réali­ser un premier film pop et popu­laire, le jour­na­liste reste dans l’entre-soi en multi­pliant les invi­tés surprises pour montrer qu’il a le plus gros carnet d’adresses de tout Paris.

Roman Frays­si­net et Djimo dans Les Méchants (de Mouloud Achour).

Gentils couillons

Si encore cette comé­die pour “d’jeunes”, qui dénoncent les médias et la course au buzz, était drôle, on lui aurait pardonné. Sauf qu’elle ressemble à un sketch taillé pour le petit écran: c’est drôle sur trois minutes, il y a quelques bonnes idées, mais étiré sur 1h20, c’est long. Paro­diant une émis­sion d’info en continu qui veut explo­ser l’au­di­mat en faisant passer deux gentils couillons pour des méchants djiha­distes, Les Méchants se moquent genti­ment de tout le monde: de la jour­na­liste ambi­tieuse aux polé­mistes de tout poil, en passant par les bobos bios pari­siens. Spoil: le néo-réali­sa­teur ne nous apprend pas grand chose sur le fonc­tion­ne­ment des médias. Bref, Mouloud Achour ne réin­vente pas la roue, mais rassu­rez-vous, ses copains diront le plus grand bien de lui sur tous les plateaux de Canal+.

Les Méchants, de Mouloud Achour, Domi­nique Baumard (France, 1h21). Avec Roman Frays­si­net, Djimo, Ludi­vine Sagnier (en caution meuf)… Sortie le 8 septembre.

Un dessin animé à donner le vertige

On a rarement été autant emballé par un film d'animation, pour adulte qui plus est. Adapté par Patrick Imbert du manga de Jirô Taniguchi, qui est lui-même une adaptation d’un feuilleton à succès paru dans la presse japonaise dans les années 90, Le Sommet des dieux est une réussit...

« Tout s’est bien passé » pour André Dussol­lier

François Ozon adapte le récit autobiographique d’Emmanuèle Berheim en conservant tous les noms (on reconnaît Serge Toubiana de la Cinémathèque). C’est Sophie Marceau, grave et radieuse à la fois, qui endosse le rôle de cette sœur d’une grande famille parisienne, chargée d’organis...

Dune, splen­deur visuelle et glou­bi­boulga

En général, il faut se méfier quand un film se termine au bout de 2h30 par ces mots : “ce n’est qu’un début”. D’abord, parce que ça veut souvent dire qu’il n’a que trop durer, ensuite parce que dans le cas présent on a bien compris que du sable, on allait encore en manger (ce n’e...

Laurent Lafitte, l’ori­gine de l’im­monde

Il y sera question de sexualité… dans le noir, pendant un long dialogue introductif pour savoir qui a joui. Une fois la lumière allumée, le film va renoncer peu à peu à tout ce qui aurait pu faire son originalité : une sexualité troublée malgré 17 ans de vie conjugale, une filiat...