Sortir à Lyon
Partager cet article :

Laurent Lafitte, l’ori­gine de l’im­monde

Il y sera ques­tion de sexua­li­té… dans le noir, pendant un long dialogue intro­duc­tif pour savoir qui a joui. Une fois la lumière allu­mée, le film va renon­cer peu à peu à tout ce qui aurait pu faire son origi­na­lité : une sexua­lité trou­blée malgré 17 ans de vie conju­gale, une filia­tion niée et une psy vaudou abso­lu­ment géniale incar­née par Nicole Garcia… mais qui n’exis­tera que le temps d’une scène.

Laurent Lafitte et Karin Viard après l’amour : qui a joui ?

Une fois passée une séquence de mater­nité rêvée assez felli­nienne, Laurent Lafitte oublie tout ce qui aurait pu être beau ou trou­blant chez ses person­nages pour reve­nir aux rouages frela­tés du pire faiseur du théâtre indus­triel d’aujourd’­hui, Sébas­tien Thiéry (à qui on devait déjà Momo la catas­trophe). Le film a failli d’ailleurs sortir direc­te­ment sur Netflix…

Cynisme

Existe-t-il un film français sans Vincent Macaigne (certes sans la barbe) ?

On ne croit pas une seconde à l’ar­gu­ment central (qu’on vous laisse quand même décou­vrir… mais qui n’est pas un simple arrêt du cœur comme le suggère la bande annonce), bour­geois et obscène comme ce film qui multi­plie les décors de cata­logue pour couple du XVIe arron­dis­se­ment de Paris et garde un cynisme détes­table, surtout lorsqu’il prétend abor­der lle calvaire de la mère coura­geu­se­ment incar­née par Hélène Vincent, sans pouvoir la sauver… Adap­ter une pièce de Sébas­tien Thiéry avec pour titre un tableau de Cour­bet et en ponc­tuant du Gabriel Fauré tout au long du film résume assez bien ce long métrage qui se montre sans jamais se donner, celui d’un acteur en pleine exhi­bi­tion trans­formé en cinéaste sans âme. Une certaine défi­ni­tion de la préten­tion d’un cinéma français qui a les moyens sans jamais avoir ses ambi­tions. A fuir.

L’Ori­gine du monde de et avec Laurent Lafitte (Fr, 1h38) avec aussi Karin Viard, Vincent Macaigne, Hélène Vincent, Nicole Garcia… Sortie le 15 septembre.

Laurent Lafitte, la gueu­le…

La Mule de Clint East­wood, gratuit sur France 2

À 88 ans, Clint Eastwood était déjà coquet. Il incarne un personnage âgé de « seulement » 80 ans. Earl Stone, un horticulteur solitaire qui a eu son heure de gloire et de prospérité en cultivant son célèbre Lys d’un jour, est sur le point d’être saisi. Car Internet, auquel il ne ...

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...