Sortir à Lyon
Partager cet article :

East­wood, Sorren­tino et Jane Campion au festi­val Lumière

Prin­ci­pal rescapé de la crise de produc­tion liée au Covid, le cinéma français devient majo­ri­taire partout dans les festi­vals (Cannes, Venise ou Deau­ville). Le festi­val Lumière ne fait pas excep­tion, avec une avalanche de films français de toutes époques. Que ce soit à travers le “cinéma popu­laire” de Gilles Gran­gier, la plus grande rétros­pec­tive du festi­val avec une quin­zaine de films en copie restau­rée, de Gas-Oil au Cave se rebiffe, placé sous le patro­nage d’un certain Jean Gabin. Ou à travers les 5 films de Truf­faut suivant les aven­tures d’Antoine Doinel, ou l’hom­mage aux 30 ans du Van Gogh de Pialat. A côté des “grands clas­siques du noir et blanc” comme La Belle équipe ou Le Jour se lève – toujours avec Gabin – les ciné­philes pour­ront toujours aller déni­cher des rare­tés comme La Divine Croi­sière de Julien Duvi­vier en ciné-concert, ou La Loi du Nord du trop rare Jacques Feyder avec Michèle Morgan et Charles Vanel, censuré pendant la guerre et tourné dans les paysages natu­rels de… Lapo­nie.

A tribute to Bertrand

Bertrand Taver­nier au festi­val Lumière 2019 (photo Susie Waroude).

Mais c’est évidem­ment l’hom­mage à Bertrand Taver­nier (jouez à notre quiz Taver­nier et Lyon !) en huit films le dimanche 10 octobre qui devrait consti­tuer un des premiers grands moments d’émo­tion du festi­val, après une ouver­ture la veille après une ouver­ture la veille qui a la bonne idée de confier une nouvelle parti­tion à Vincent Delerm pour accom­pa­gner Le Came­ra­man de Buster Keaton. Les avant-premières cannoises qui s’in­vitent de plus en plus à Lyon seront elles aussi très majo­ri­tai­re­ment hexa­go­nales avec les nouveaux films de Cathe­rine Corsini, Chris­tian Carion, Edouard Baer, Yvan Attal ou Gaspar Noé.

Grosses poin­tures inter­na­tio­nales

A côté d’une rétros­pec­tive Sidney Pollack autour d’Out of Africa ou de grandes projec­tions comme un des chefs-d’oeuvres de Brian De Palma, Outrages, en version direc­tor’s cut, les avant-premières pleuvent des quatre coins du monde. C’est évidem­ment The Power of the Dog, le nouveau film de Jane Campion, prix Lumière 2021 (lire notre portrait), couronné d’un prix de la mise en scène à Venise, qui sera le plus attendu, produit par Netflix, tout comme The Hand of God, le nouveau film de Paolo Sorren­tino en sa présence, lui aussi primé à Veni­se… Si les films de plate­formes restent encore persone non grate sur la Croi­sette, ils ont en revanche toujours été les bien­ve­nus à Lumière, comme The Irish Man de Scor­sese en 2015. Les autres avant-premières inter­na­tio­nales ne sont pas en reste, loin de là, entre le docu­men­taire de Todd Haynes sur The Velvet Under­ground et la cerise sur la gâteau : Cry macho, le nouveau Clint East­wood à sortir en novembre, pour fêter les 50 ans de carrière du cinéaste, et célé­brer le premier prix Lumière de l’his­toi­re…

La bande annonce du dernier film de Jane Campion, The Power of the dog.

Festi­val Lumière, 13e édition. Du samedi 9 au dimanche 17 octobre.

Lire aussi notre portrait de Jane Campion, prix Lumière 2021. Et notre critique d’Ameri­can Sniper de Clint East­wood.

Usines Fagor-Brandt : vraie friche, fausse culture !

Le problème avec les lieux éphémères, c’est que par définition, ils ne durent pas. Rien n’est plus à la mode que la réhabilitation de friches, et l’investissement par des bobos dit cultivés des lieux ouvriers. Le résultat est souvent beau du point de vue architectural, enthousias...

Pous­sin et Picasso, les prochaines expos du MBA

Après les frères Flandrin et Louis Bouquet cet été, le musée des Beaux-Arts poursuit sa politique d’exposition d’artistes “singuliers” selon le mot de Sylvie Ramond. Soit des artistes restés en marge des écoles et des courants. Comme Erik Dietman ou Joseph Cornell exposés auparav...

Lumière : le grand quiz hommage à Bertrand Taver­nier

Bertrand Tavernier et Lyon, une histoire d'amour... A l'occasion de l'hommage que lui rend le festival Lumière ce dimanche, nous avons concocté un quiz-hommage aux relations étroites entre Bertrand Tavernier et sa ville natale. Mais saurez-vous ne pas tomber dans les pièges ? Jou...

Un nouveau festi­val baroque à Lyon

L’Institution des Chartreux a toujours fait venir des musiciens en cours de saison, et souvent de grande qualité, comme le ténor Cyrille Dubois. Plutôt que de les présenter au coup par coup au long de la saison, elle a décidé de les regrouper cette année le temps d’un week-end, a...