Sortir à Lyon
Partager cet article :

« Tout s’est bien passé » pour André Dussol­lier

François Ozon adapte le récit auto­bio­gra­phique d’Emma­nuèle Berheim en conser­vant tous les noms (on recon­naît Serge Toubiana de la Ciné­ma­thèque). C’est Sophie Marceau, grave et radieuse à la fois, qui endosse le rôle de cette sœur d’une grande famille pari­sienne, char­gée d’or­ga­ni­ser le suicide assisté de son père en Suisse à la suite d’un AVC. Archi-réaliste, en oubliant parfois toute mise en scène, le film s’ouvre brut de décof­frage sur l’ac­ci­dent céré­bral, comme pour mieux s’en débar­ras­ser. André Dusso­lier est extra­or­di­naire, vieilli, usé, fati­gué, entre la vie et la mort dans un grand rôle à sa déme­sure, avant de retrou­ver un peu de sa superbe et surtout de sa malice : il profite de sa conva­les­cence pour être encore plus volon­taire à mourir et impo­ser sa volonté à ses proches comme il l’a toujours fait, esthète et collec­tion­neur d’art liber­taire voulant s’épar­gner de “survivre plutôt que vivre”.

Drôle de drame

Reste le poids qu’il fait porter sur sa famille et ses filles (Géral­dine Pail­has, sœur idoine de Sophie Marceau), ce qui chez Ozon prend surtout la forme d’un regard amusé sur leurs vraies-fausses diffi­cul­tés maté­rielles, les flash­backs de retour en enfance étant aussi ratés que dans Grâce à Dieu. A ne parler le plus souvent que d’argent et de confort person­nel, Tout s’est bien passé reste un drôle de drame dont seul Ozon a le secret dans le cinéma français, même s’il n’at­teint jamais les sommets d’émo­tion du grand film de la rentrée sur le même sujet d’une fin de vie préma­tu­rée : De son vivant d’Emma­nuelle Bercot avec Benoît Magi­mel et Cathe­rine Deneuve, en salles le 24 novembre, à noter dans vos tablettes. L.H.


Tout s’est bien passé de François Ozon (Fr, 1h53) avec André Dussol­lier, Sophie Marceau, Géral­dine Pail­has, Grégory Gade­bois, Char­lotte Rampling, Eric Cara­vaca, Daniel Mesgui­ch… Sortie le 22 septembre. (photos Carole Bathuel, Manda­rin produc­tion)

Lire aussi notre entre­tien avec François Ozon.

Avec son Asté­rix, Canet copie Chabat en plus nul

Après Claude Zidi, Alain Chabat et Laurent Tirard, Guillaume Canet s’attaque à la bande dessinée culte de Goscinny et Uderzo avec Astérix et Obélix, L'Empire du milieu. Une adaptation poussive avec un duo principal décevant, malgré les seconds rôles qui raviront les enfants. K...

Un petit frère, le nouveau film de toute beauté de Leonor Saraille

Après Jeune femme, son beau premier film, Léonor Saraille signe un second long-métrage encore plus ambitieux, portrait d’une famille immigrée originaire de Côte d’Ivoire sur plusieurs dizaines d’années. A la façon du Boyhood de Richard Linklater mais dans un contexte on ne peut p...

Pour la France avec Karim Leklou, un petit film pour un grand sujet

Malgré un titre ronflant, Rachid Hami s'arrête un peu trop à l'anecdote du portrait de famille dans son film Pour la France, avec un Karim Leklou en alter-ego de son réalisateur. Mouais... Aïssa, le frère cadet d'une famille algérienne qui souhaitait s'engager pour son pays, n...