Sortir à Lyon
Partager cet article :

Tralala, pas la peine de chan­ter !

On aime beau­coup Mathieu Amal­ric, Méla­nie Thierry, Jalil Lespert ou Bertrand Belin. Et il faut bien consi­dé­rer qu’il y a une forme d’ex­ploit à rater un film dans les grandes largeurs quand on a autant de talents réunis… “Surtout, ne soyez pas vous-même” clame l’af­fiche. Surtout, faites une comé­die musi­cale qui ne soit ni une comé­die ni musi­cale. Méfiez-vous : ce film pour rien qui ne va nulle part est à la fois film France Inter et film du mois pour Télé­rama(en plus d’avoir été « hors compé­ti­tion » au festi­val de Cannes, comme par hasard…) ! A moins d’avoir une raison impé­rieuse de couple qui vous oblige à y aller, épar­gnez-vous ce road movie apathique qui chante mal et se résume à deux heures d’er­rance la plus totale. On se demande comment avec un tel casting à la BO (Philippe Kate­rine, Etienne Daho, Bertrand Belin), on peut arri­ver à faire un film inau­dible de bout en bout. Seule la chan­son de Méla­nie Thierry écrite par Jeanne Cherhal est passable, ce qui fait peu, en deux heures de temps.

Méla­nie Thierry dans Tralala des frères Larrieu, seul passage passable du film.

Le reste est une “fantai­sie”, vaste excuse du cinéma français quand il n’a pas travaillé, ni drôle ni inven­tive (Lourdes, sans miracle), pas plus chan­tée que dansée, qui a une seule moti­va­tion : l’en­nui du confi­ne­ment pendant lequel elle a été tour­née. Malheu­reu­se­ment, ça s’en­tend… L.H.

Tralala d’Ar­naud et Jean-Marie Larrieu (Fr, 2h) avec Mathieu Amal­ric, Josiane Balasko, Méla­nie Thierry, Bertrand Belin, Galaté Bellugi, Jalil Lespert… Sortie le 6 octobre.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...