Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Consé­quences de Paolo Sorren­tino

Ce serait presque un prix Lumière dans le prix Lumière. En plus de l’avant-première de son dernier film réalisé pour Netflix, La Main de Dieu (photo) – qu’on a hâte de décou­vrir – le pape du cinéma italien contem­po­rain Paolo Sorren­tino vien­dra présen­ter cinq de ses plus beaux films. Ciné­phile averti et metteur en scène surdoué, il invente pour chaque film une forme nouvelle : le rêve grinçant et felli­nien autour de Rome dans La Grande Bellezza (2013), son film le plus connu, réplique amère et flam­boyante à La Dolce Vita ; mais aussi son premier grand film, sympho­nie poli­tique autour d’un pouvoir sclé­rosé avec Il Divo (2008) autour de la figure de Giulio Andreotti, séna­teur italien à vie qui a traversé plus de 30 ans de pouvoir en tête pensante de l’échiquier élec­to­ral et judi­ciaire. Comme une vigie de l’im­mo­bi­lisme de la société italienne (peut-être la compo­si­tion la plus impres­sion­nante de son acteur fétiche, Toni Servillo).

Toni Servillo dans Les Consé­quences de l’amour de Paolo Sorren­tino (2004).

Les Consé­quences d’un futur prix Lumière ?

Plus rare et plus proche du polar, le premier film qui l’a fait connaître en France, Les Consé­quences de l’amour (2004), montre l’ab­surde qui s’in­vite de la façon la plus mordante dans la routine d’un homme de main de la mafia, reclus dans un hôtel en Suisse. Avec lui nais­sait le cinéma italien du XXIe siècle, formel­le­ment on ne peut plus virtuose et pour­tant soucieux de rendre hommage à son histoire, ici en petit frère de Fran­cesco Rosi. Bref, un futur prix Lumière parfait… En atten­dant, on peut revoir ad libi­tum le géné­rique de fin de La Grande Bellezza sous les ponts de Rome pour goûter à la déli­ca­tesse du plus grand cinéaste italien d’aujourd’­hui. L.H.

La Main de Dieu (2021) en avant-première au festi­val Lumière.

Invi­ta­tion à Paolo Sorren­tino au festi­val Lumière.

Films program­més : Les Consé­quences de l’amour, Il Divo, This must be the place, La Grande Bellezza et La Main de Dieu en avant-première (dimanche 10 octobre seule­ment).

Lire aussi notre article sur l’en­semble de la program­ma­tion Lumière.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...