Sortir à Lyon
Partager cet article :

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écou­tez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souf­frir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans… Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au fémi­nin) le plus long de la saga, un géné­rique splen­dide dans les ruines romaines sous-marines, des cascades à gogo (surtout dans la première partie, la plus impor­tante), des paysages abso­lu­ment splen­dides à travers le monde (Italie, Cuba, Norvège, Londres…), Ben Whishaw, toujours aussi craquant en Q, et même le verre de Marti­ni…

Ben Whishaw de retour en Q pour notre plus grand plai­sir.

Bref, ce cinquième et dernier Bond incarné par Daniel Craig remplit tota­le­ment son contrat de diver­tis­se­ment haut de gamme, même si on pour­rait toujours chipo­ter sur telle ou telle petite longueur, mais c’est mal nous connaî­tre… La réfé­rence à Spectre et le retour de Léa Seydoux en Made­leine Swann rend ce dernier épisode parti­cu­liè­re­ment réflexif, la propriété des Bond de Craig par rapport à ses prédé­ces­seurs étant préci­sé­ment de construire chaque film en rapport avec le ou les précé­dents, à la façon d’une série. Ce qui peut parfois rendre certains dédales du scéna­rio inuti­le­ment compliqués…

Une des très belles idées visuelles du dernier 007.

Viril et vulné­rable

Mais l’es­sen­tiel est ailleurs : les idées visuelles ne manquent pas (le jardin veni­meux du méchant Rami Malek) et en cinq épisodes Daniel Craig (co-produc­teur) aura marqué James Bond de son sceau viril et vulné­rable, l’épais­sis­sant par les muscles et l’âge, tout en lui confé­rant une certaine mélan­co­lie, subtile évolu­tion du person­nage qui atteint ici son paroxysme, à travers un autre 007 (qu’on vous laisse décou­vrir) et une histoire d’amour poignante qui conduit pour la première fois James sur l’éten­due du mélo, dans un finale boule­ver­sant (chut), porté par la musique sublime de Hans Zimmer.

Les jours heureux de James et made­leine en Italie.

Merci pour ce moment, et rien que pour celui-là ce James Bond vaut large­ment le détour, y compris en 4DX : les sièges qui bougent traduisent non seule­ment les secousses des cascades réalistes à moto ou en voiture, mais aussi le vertige des mouve­ments de caméra qui s’en­volent dans le ciel, usage inté­res­sant qui épouse les mouve­ments de la mise en scène impec­cable de Cari Joji Fuku­naga. Seule décep­tion en 4DX : la 3D (obli­ga­toire) assom­brit beau­coup trop l’en­semble du film, étei­gnant la poésie visuelle de ces adieux lumi­neux.

Mourir peut attendre de Cari Joji Fuku­naga (EU, 2h43) avec Daniel Craig, Léa Seydoux, Rami Malek, Lashana Lynch, Ralph Fiennes, Ben Whishaw, Ana De Armas, Chris­toph Waltz… Sorti le 6 octobre.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

Les Consé­quences de Paolo Sorren­tino

Ce serait presque un prix Lumière dans le prix Lumière. En plus de l’avant-première de son dernier film réalisé pour Netflix, La Main de Dieu (photo) - qu'on a hâte de découvrir - le pape du cinéma italien contemporain Paolo Sorrentino viendra présenter cinq de ses plus beaux fil...