Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le Dernier Duel, le grand retour de Ridley Scott

[mis à jour]

Ridley Scott s’at­tèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accu­sant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoi­gnage de celle-ci. Le maté­riau de départ est splen­dide, la maes­tria à recons­ti­tuer la France du Moyen-Âge aussi (on voit même Notre-Dame encore en construc­tion), tout comme les quelques scènes de bataille à l’épée initiales en forme de prologue. Vient alors la fausse bonne idée du film qui sera sa seule limite : emprun­ter le prin­cipe de narra­tion du Rashô­mon de Kuro­sawa et racon­ter la “vérité” de cette histoire à travers les trois points de vue succes­sifs des deux cheva­liers et de l’épouse humi­liée (Comie Donner, parfaite de dignité). Le propos fémi­niste (c’est Margue­rite qui détient la “vérité”) en écho à #MeToo ne souffre aucune ambi­guïté, tout comme la condam­na­tion du patriar­cat à travers deux héros mascu­lins pathé­tiques, soli­daires jusqu’au bout, toujours au détri­ment de la victime, l’un conju­gal, l’autre adul­té­rin.

Matt Damon et Adam Driver, avant le liti­ge…

Depuis Annette, Adam Driver ne semble plus jamais vouloir lais­ser une femme tranquille dans un film, mais il est une nouvelle fois extra­or­di­naire, défen­dant son person­nage jusqu’au duel final, et accep­tant en grand acteur des scènes de nudité humi­liantes (la pendai­son comme une carcasse à un croc de boucher). Quant à Matt Damon, déjà dans un de nos films préfé­rés de Scott, Seul sur Mars, il ressemble de plus en plus à Michael Lons­dale, barbe et cheveux longs, en époux rustaud barbu et condamné par ses origines sociales modestes (autre très beau thème traité par le scéna­rio. Même si filmer parfois les mêmes scènes sous un point de vue diffé­rent n’ap­porte pas toujours grand-chose, cette construc­tion permet d’en­tre­te­nir l’am­bi­guïté des points de vue et la lâcheté mascu­line de la société qui s’exerce autour d’un viol, tout en faisant préva­loir jusqu’au bout le point de vue de la victime, selon le fémi­nisme qui a toujours prévalu dans l’oeuvre de Ridley Scott (à commen­cer par Alien ou évidem­ment Thelma et Louise).

Un des plans de recons­ti­tu­tion de Notre-Dame dans Le Dernier Duel.

En plus de ses échos à Gladia­tor lors des scènes de bataille au glaive, Le Dernier Duel est avant tout un écho aux Duel­listes, magni­fique premier film du réali­sa­teur. Là encore pour se déso­ler de la vanité belliqueuse des hommes, mais d’un autre point de vue. Certes, le style depuis s’est épaissi (le duel final, bour­sou­flé, appa­raît à rebours du reste du film), mais l’in­tel­li­gence du propos, l’ori­gi­na­lité du sujet histo­rique­ment véri­fié et le savoir-faire d’un octa­gé­naire en pleine forme laissent pantois. En atten­dant son prochain Napo­léon avec Joaquin Phoe­nix et Tahar Rahim, destiné pour le moment à la plate­forme d’Apple.


Le Dernier Duel de Ridley Scott (EU, 2h32) avec Matt Damon, Adam Driver, Jodie Comer, Ben Affleck (par ailleurs co-scéna­riste)… Sortie le 13 octobre. Désor­mais dispo­nible sur Canal + et en Vod, sin que House of Gucci pour un double plai­sir Ridley Scott. Lire aussi notre grand portrait du cinéaste.

Un beau matin, le plus beau rôle de Léa Seydoux

Retraçant comme souvent sa propre expérience, la réalisatrice du Père de mes enfants filme la vie de Sandra (Léa Seydoux), jeune mère célibataire qui, quand elle n'est pas occupée à transporter son père (Pascal Greggory) d'une maison de retraite à l'autre, passe son temps à éleve...

Tori et Lokita, le nouveau film déce­vant des Dardenne

Il y a toujours de belles choses dans un film des frères Dardenne. Comme ici le premier gros plan sur Lokita (Joely Mbundu) ou Pablo Schils, gamin au vélo inoubliable alors que les réalisateurs belges reviennent au sujet de La Promesse : la famille et l’immigration. Comme toujour...

Dahmer, la snuff série gay la plus vue de Netflix

Tu m'étonnes que tout le monde regarde ! Voyeuriste, sordide, malaisant, mais aussi incroyablement bien interprété et mis en scène (même Gregg Araki a mis la main à la pâte pour un épisode !), Dahmer, monstre, L'Histoire de Jeffrey Dahmer, est un véritable phénomène... assez impr...