Sortir à Lyon
Partager cet article :

« Grâce à Dieu » le film choc de l’af­faire Prey­nat gratuit sur Fran­ceTv

« Grâce à Dieu  », c’était l’ex­pres­sion du cardi­nal Barba­rin pour dire que fort heureu­se­ment, les crimes pédo­philes du père Prey­nat étaient… « pres­crits ». Une expres­sion qu’il avait recon­nue lui-même comme « malen­con­treuse » lors d’une confé­rence de presse que François Ozon n’ou­blie pas de montrer dans ce films tourné à Lyon, sur les lieux des crimes, diffusé ce soir sur France 2. Il montre d’ailleurs à peu près tout des victimes de la pédo­phi­lie dans l’Eglise à Lyon, épou­sant un à un les témoins qui vont pour la plupart consti­tuer l’as­so­cia­tion de La Parole libé­rée (asso­ciés au scéna­rio), finis­sant, souvent après de longs ater­moie­ments fami­liaux, par oser dire la vérité et in fine porter plainte. C’est la première qualité de ce film que d’être fidèle à la démarche de ces lanceurs d’alerte pas comme les autres. Après les séquences fami­liales d’un Melvil Poupaud en bon catho bour­geois du quar­tier Saint-Jean, entouré de ses cinq enfants bien propres sur eux.

Swann Arlaud dans Grâce à Dieu de François Ozon.

Aucun mordant, pas d’iro­nie, sans doute du fait de la gravité du sujet, Ozon s’ef­face derrière une esthé­tique de télé­film (bonjour les flash­backs au temps des scouts de Sainte-Foy, vrai ratage du film), n’uti­li­sant jamais la fiction pour appro­fon­dir les secrets ou les contra­dic­tions fami­liales et reli­gieuses. Mais le film finit par atteindre des sommets d’in­ten­sité drama­tique avec l’en­trée d’un grand acteur : Swann Arlaud, nerveux, déchiré par son mal être, échap­pant enfin à la bour­geoi­sie un peu trop polie de ce film par trop policé. La vérité nue appa­raît jusque dans le déni fami­lial, jusqu’à nous gicler à la figure grâce à la force de l’in­car­na­tion. En plus de souli­gner le rôle des femmes, à travers le beau rôle de mère confié à Josiane Balasko. Salu­taire.

Grâce à Dieu de François Ozon (Fr, 2h17) avec Melvil Poupaud, Denis Méno­chet, Swann Arlaud, François Marthou­ret, Bernard Verley, Eric Cara­vaca, Martine Erhel… Lundi 18 octobre à 21h05 sur France 2 et dispo­nible en replay sur Fran­cetv.

Lire aussi notre entre­tien avec François Ozon reve­nant sur Grâce à Dieu pour son dernier film.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...