Sortir à Lyon
Partager cet article :

Gian­noli fait tout un film des Illu­sions perdues de Balzac

Avec Illu­sions perdues, Balzac voulait écrire une œuvre totale. En l’adap­tant au cinéma, Xavier Gian­noli en fait un spec­tacle total au rythme soutenu, traver­sant la bonne société pari­sienne du XIXe siècle, où un geste peut vous perdre. 

Il y a d’abord ce souffle roma­nesque qui traverse le film, depuis les salons des nobliaux de province où tout semble figé dans l’en­nui jusqu’aux rues et salles de spec­tacle d’un Paris en constante ébul­li­tion. On suit Lucien de Rubem­pré, jeune poète naïf monté à la capi­tale pour deve­nir un grand écri­vain, Icare des temps modernes qui va se brûler les ailes au contact de l’argent et de la haute société. Devenu jour­na­liste pour un canard distri­buant critiques élogieuses ou assas­sines au rythme des pots de vin, il est pris dans ce tour­billon qu’est la nais­sance de notre société moderne et du capi­ta­lisme, machine infer­nale qui emporte tout sur son passage, trans­for­mant le destin de Lucien en tragé­die sans que rien ne puisse l’ar­rê­ter. La trajec­toire malheu­reuse du person­nage est indis­so­ciable d’une époque, et l’adap­ta­tion de Gian­noli reste fidèle aux grands thèmes qui traversent l’œuvre de Balzac, comme la nais­sance de la publi­cité et de la presse moderne. 

Benja­min Voisin en Lucien de Rubem­pré dans les Illu­sions perdues de Xavier Gian­noli.

Paris est une fête

Amour, trahi­son, idéaux et pein­ture sociale, cette grande fresque est servie par une mise en scène luxu­riante au milieu de laquelle chaque comé­dien trouve sa place. Benja­min Voisin est lumi­neux et sensuel dans le rôle du poète malmené, alors que Vincent Lacoste apporte toute sa moder­nité et sa noncha­lance à son person­nage de rédac­teur en chef vendu. Tandis que Cécile de France (aussi à l’af­fiche de De son vivant d’Em­ma­nuelle Bercot) semble sur le point de se briser à chaque instant. Du grand spec­tacle pendant lequel on ne s’en­nuie pas une seule seconde, malgré les 2h30 que dure le film. Et rassu­rez-vous, on n’a pas touché un seul pot de vin pour écrire ces lignes.


Illu­sions perdues, de Xavier Gian­noli (France, 2h30). Avec Benja­min Voisin, Cécile de France, Vincent Lacoste, Xavier Dolan, Gérard Depar­dieu, Jeanne Bali­bar, André Marcon… Sortie le 20 octobre.

Lire aussi notre entre­tien avec Xavier Gian­noli dans le numéro de novembre d’Exit Mag.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...