Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Frac­ture de Corsini fait mal à la tête

Raf et Julie, un couple de femmes au bord de la rupture se retrouve dans un service d’ur­gences débordé, après une mani­fes­ta­tion pari­sienne des Gilets jaunes. Elles y rencontrent Yann, un mani­fes­tant en colère qui va remettre en cause leurs (petites) certi­tudes, alors que la tension monte, à l’hô­pi­tal comme dans la rue…

Vale­ria Bruni-Tedes­chi et Marina Foïs, à l’hô­pi­tal comme si vous y étiez…

Bourges, prolo, frac­ture socia­le… Serions-nous dans un film français ? Assu­ré­ment : La Frac­ture coche toutes les cases des problèmes socié­taux du moment, trai­tés bien sûr avec l’égo­cen­trisme pari­sien et bien-pensant dont l’art et essai hexa­go­nal est coutu­mier. Sortir un film sur autant de problèmes à la fois pendant les vacances scolaires, à l’heure où les gens ont légi­ti­me­ment besoin de se distraire après un an et demie de pandé­mie, tient vrai­ment de l’ex­cep­tion cultu­relle à la françai­se… Vraie-fausse “comé­die sociale” (sic) prise de courge, prétex­tant l’agi­ta­tion de ses person­nages pour être bordé­lique sans être joyeux, La Frac­ture accu­mule tous les poncifs du moment en imagi­nant être actuel. Et dire qu’il était en compé­ti­tion en Cannes, où il n’aura provoqué qu’une sortie maladroite de son inter­prète prin­ci­pal, mais c’est une autre histoi­re… Reste Vale­ria Bruni-Tedes­chi, grande actrice pour ce petit film, aussi inutile qu’il est raco­leur.

La Frac­ture de Cathe­rine Corsini (Fr, 1h38) avec Vale­ria Bruni-Tedes­chi, Marina Foïs, Pio Marmaï, Aïssa­tou Diallo Sagna… Sortie le 27 octobre.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...