Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le nouveau film de Jacques Audiard dans Paris 13e

Romance urbaine et tren­te­naires en crise, Audiard surprend avec ces Olym­piades, s’aven­tu­rant loin des magouilles de petites frappes avec au scéna­rio, non pas son acolyte de toujours, Thomas Bide­gain, mais Céline Sciamma et Léa Mysius, deux réali­sa­trices habi­tuées à nous parler d’amour et de jeunesse. Inspiré de trois nouvelles graphiques d’Adrian Tomine, le film embrasse un triangle amou­reux pour abor­der des préoc­cu­pa­tions actuelles que sont l’en­ga­ge­ment, la quête d’iden­tité, la préca­rité, la soli­tude et même les réseaux sociaux. Le tout dans un noir et blanc intem­po­rel, faisant du trei­zième arron­dis­se­ment l’un des quar­tiers pari­siens les plus graphiques, avec en prime un trio d’ac­teurs rafrai­chis­sant… même dans les scènes les plus crues. Un beau film sur la rencontre avec soi-même, qui manque malheu­reu­se­ment parfois un peu de liant, n’évi­tant pas les clichés sur les profs, le harcè­le­ment ou le stand up. Qui trop embras­se…

Les Olym­piades, de Jacques Audiard (Fr, 1h45) avec Lucie Zhang, Makita Samba, Noémie Merlant… Sortie le 3 novembre.

Lire aussi notre entre­tien avec Rone, compo­si­teur de la musique du film, lors de sa venue aux Nuits de Four­vière.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...