Sortir à Lyon
Partager cet article :

Cry Macho, le nouveau Clint East­wood en mélo

A 91 ans, papy East­wood a plus d’une pelli­cule dans sa caméra. Avec Cry Macho, son dernier mélo en forme de western, il revient droit dans ses santiags en ancienne star du rodéo, char­gée d’al­ler cher­cher au Mexique le fils d’un ami pour régler une vieille dette. L’ac­teur-réali­sa­teur reprend son rôle favori de vieillard revêche et soli­taire au grand cœur, dans un scéna­rio cousu de fil blanc où la seule surprise que vous aurez sera de voir le person­nage nona­gé­naire mater sans problème un cheval sauvage, alors que la minute d’avant, il semblait souf­frir d’ar­throse des hanches… Le reste du film donne une image très folk­lo­rique du Mexique avec des person­nages échap­pés d’une télé­no­vela, le jeune acteur joue parfois fran­che­ment très mal et les bons senti­ments triomphent toujours contre les méchants. Malgré tout, on éprouve une certaine tendresse pour cet East­wood prenant plai­sir à inven­ter un western du troi­sième âge, s’oc­troyant même le bonheur de faire quelques pieds de nez à la vieillesse grâce à la magie du cinéma.

Cry Macho, de Clint East­wood (E.U, 1h44). Avec Clint East­wood, Dwight Yoakam, Daniel V. Grau­lau… Sortie le 10 novembre.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...