Sortir à Lyon
Partager cet article :

Mastroianni, le plus grand acteur d’Ita­lie à l’Ins­ti­tut Lumière

Bien sûr, il y a le latin lover post-moderne qu’a inventé Fellini à travers lui (à lire bien­tôt nos articles sur 8 1/2 et La Dolce Vita dans notre prochain numéro d’Exit print à paraître le 24 novembre). Mais c’est avec un clas­sique tradi­tion­nel de la comé­die italienne que l’Ins­ti­tut Lumière a choisi d’ou­vrir sa rétros­pec­tive cette semaine : Les Cama­rades de Mario Moni­celli. Le réali­sa­teur du Pigeon y recons­ti­tue avec une certaine gravité les mouve­ments de grève à Turin à la fin du XIXe siècle. Le noir et blanc de la copie restau­rée rend grâce aux salles d’usine déso­lés comme à quelques plans de la capi­tale du Piémont dans laquelle Marcello croi­sera notam­ment une pros­ti­tuée char­mante sous sa voilette nommée Annie Girar­dot.

Marcello Mastroianni jouant du fluteau dans Les Cama­rades de Mario Moni­celli.

Contre-emploi du latin lover

Petites lunettes rondes, pull troué et chapeau d’une gloire passée, Mastroianni campe un profes­seur qui va prêcher la bonne parole pour défendre les inté­rêts des ouvriers même malgré eux. Tourné la même année qu’Otto e mezzo, on est vrai­ment dans l’anti-Fellini : un cinéma tradi­tion­nel, réaliste, aux plans remarqua­ble­ment recons­ti­tués jusqu’au mouve­ments de foule, avec un Mastroianni en italien moyen comme on l’aura rare­ment vu au cinéma, jouant du Mozart à la flûte dans les soirées mondaines (même si les dialogues évoquent Verdi à tort), et haran­guant la foule dans une scène finale où l’on perçoit toute la force de carac­tère réaliste dont il était capable, lui qui sait fait connaître dans le monde entier pour sa noncha­lance. Bref, un grand acteur dans un bon film qui convoque l’his­toire de l’Ita­lie prolé­taire y compris à travers des dialogues restés célèbres : « Ecris-moi » lance énamou­rée une femme d’ou­vrier courant après le train. « Mais tu ne sais pas lire ! » lui répond son préten­dant. « Ecris-moi quand même » finit-elle par conclure en lais­sant partir le train… Les Cama­rades n’est ni le meilleur film ni le meilleur rôle de Marcello Mastroianni, mais il a suffi­sam­ment d’ar­gu­ments dans l’his­toire du cinéma italien pour aller le voir quand même…

Les cama­rades de Mario Moni­celli (I Compa­gni, 1963, It, 2h10) avec Marcello Mastroianni, Bernard Blier, Renato Salva­tori, Annie Girar­dot…

Mercredi 17 novembre à 19h à l’Insti­tut Lumière, Lyon 8e. Soirée d’ou­ver­ture présen­tée par Maëlle Arnaud. Puis samedi 20 novembre à 15h et samedi 27 novembre à 20h45.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...