Sortir à Lyon
Partager cet article :

Niney et Magi­mel, « Amants » dans le nouveau Nicole Garcia

Drôle de film que le dernier Nicole Garcia qui met en scène la liai­son aussi insis­tante qu’un possible entre un jeune dealer obligé de dispa­raître après l’over­dose qu’il a provoquée (Pierre Niney, passé maître dans l’in­car­na­tion des impos­teurs malgré eux), et une jeune femme rema­riée depuis avec un homme opaque, friqué et charis­ma­tique, on ne peut plus lucide quant au déséqui­libre inhé­rent à la réci­pro­cité des senti­ments (Benoît Magi­mel, empâté et revenu de tout). Le pitch pour­rait être aussi diaphane que le titre du film ou son actrice prin­ci­pale (Stacy Martin, passant d’un homme à l’autre en restant tout aussi impas­sible, mais au prix d’un ou deux rebon­dis­se­ments de trop, ce polar senti­men­tal clinique tient remarqua­ble­ment la corde raide des amours sans issue, découpé entre Paris, Genève et l’océan indien. Jusqu’à son issue fatale, trai­tée sans plus d’épan­che­ment. En soignant ses acteurs jusque dans les seconds rôles (Chris­tophe Monte­nez ou Grégoire Colin) et sa musique origi­nale signée Grégoire Hetzel, Nicole Garcia est passée maîtresse pour faire naître l’am­bi­guïté ou des visages, toujours aussi singu­lière dans le paysage du cinéma français.

Amants de Nicole Garcia (Fr, 1h38) avec Pierre Niney, Benoît Magi­mel, Stacy Martin, Grégoire Colin… Sortie le 17 novembre.

Stacy Martin et Benoît Magi­mel dans Amants de Nicole Garcia (photos Roger Arpajou).

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...