Sortir à Lyon
Partager cet article :

Jusqu’à la garde, le thril­ler sur les violences conju­gales

L’élec­tri­cité est palpable dès les premières scènes, chez la juge, presque crain­tive. Cons­trui­sant d’abord son film à travers le regard de l’en­fant peu à peu terro­risé par le retour poten­tiel de la violence du père, Xavier Legrand (lire notre entre­tien avec le réali­sa­teur) installe d’en­trée de jeu un climat propice à la terreur fami­liale. Il reven­dique un « thril­ler conju­gal », genre assez inédit dans le cinéma français, mais le fait avec une éthique docu­men­taire admi­rable : pas de musique sensa­tion­nelle, chaque person­nage existe, et la montée de la tension saisit par des détails sonores ou visuels. Sans conces­sion, il n’es­saie pas de faire du père (formi­dable Denis Méno­chet) autre chose qu’une brute épaisse dont on redoute, comme l’en­fant, même le temps d’une caresse, l’ir­rup­tion de la violence à chaque instant. Il ne le cari­ca­ture surtout pas pour autant : on lit toute sa dépen­dance affec­tive, comme cette façon digne des grands pervers narcis­siques d’uti­li­ser des argu­ments légi­times en tant que père de famille pour se remettre au centre du jeu.

Le coeur qui cogne

Diffi­culté de la justice pour arbi­trer des cas drama­tiques , emprise fami­liale (très beau person­nage de la sœur qui comprend mais tente de construire sa vie), le point de vue bascule peu à peu de l’en­fant à l’ex-femme (Léa Drucker, à qui le rôle valut le César), pour abou­tir au retour de la terreur en actes, glaçante. On reste sonné comme le très beau person­nage de la voisine, ni héroïque, ni lâche, un peu honteuse, qui appelle les secours au cas où, esto­maquée, comme nous. Xavier Legrand vient d’in­ven­ter une forme de thril­ler docu­men­taire, aussi fidèle à la réalité des situa­tions qu’il décrit qu’ad­mi­ra­ble­ment construit pour faire monter la tension. Magis­tral.

Jusqu’à la garde de Xavier Legrand (Fr, 1h33) avec Thomas Gioria, Denis Méro­chet, Léa Drucker, Jean-Marie Winling… Mercredi à 21h10 sur France 2 puis en replay sur France TV.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...