Sortir à Lyon
Partager cet article :

Une vie diffi­cile, la dolce vita de Dino Risi

Sortie en Italie en 1961, Une vie diffi­cile a été éclipsé par le succès inter­na­tio­nal de La Dolce Vita et sa Palme d’or, sorti l’an­née précé­dente. Pour­tant, si La Dolce Vita révo­lu­tion­nait le cinéma moderne, Une vie diffi­cile de Dino Risi, histo­rique­ment plus ambi­tieux, couvrait 20 ans de l’après-guer­re… pour abou­tir à la même amer­tume. Même les titres des deux films semblent se répondre, et  c’est passion­nant de pouvoir voir les deux aujourd’­hui, à la faveur des Parfums d’Ita­lie program­més dans les ciné­mas du GRAC cet automne, et de la rétro Mastroianni à l’Ins­ti­tut Lumière. Risi a toujours tenu une place à part dans la comé­die italienne, plus amer dans son propos (Pauvres mais beaux), plus baroque dans sa mise en scène (Le Signe de Vénus), ou plus acide dans son obser­va­tion sociale (Les Monstres, film à sketches impi­toyable pour ses mâles contem­po­rains, qui ne manqua pas de faire école) que bien des comé­dies réalistes. Embras­sant l’anti-fascisme de la Deuxième Guerre mondiale à travers le portrait d’un écri­vain en herbe jour­na­liste sans le sou, c’est un des films les plus ambi­tieux du réali­sa­teur, faisant le portrait de son pays jusqu’à l’avè­ne­ment du libé­ra­lisme triom­phant des années 60.  Mêlant comique de situa­tion, archives de guerre et hommage au cinéma (Vitto­rio Gass­man appa­raît en légion­naire sur un tour­nage de Blasetti à Cine­citta), il reprend en le prolon­geant le propos antifa de La Marche sur Rome, géniale satire de Musso­lini. La scène du repas oppo­sant monar­chistes et répu­bli­cains au moment du réfé­ren­dum est un pur bijou, jusqu’à la coupe de cham­pagne, tout comme l’évo­ca­tion de la mort du Duche à la radio alors qu’Alberto Sordi mange sa pomme. L’iro­nie à travers le quoti­dien du peuple, telle est l’arme secrète de Risi le mora­liste.

Lea Massari dans Une vie diffi­cile de Dino Risi.

Parfum de femme

La divine Lea Massari fait le reste, jusqu’à une scène d’ivresse terrible dans laquelle Sordi en mâle pathé­tique vante la “négresse” à table à ses côtés plutôt que sa femme “plus blanche que le lait”. La tragi-comé­die selon Risi est sans conces­sion, jusqu’à une scène de corbillard sur la plage de Viareg­gio, mais en gardant toujours la tendresse pour ces désen­chan­tés qui rêvent encore à l’idéal d’être artiste. “On peut être artiste sans être élégant” lui dit un major­dome en l’ac­cueillant, avant que Sordi ne croise un ancien marquis orphe­lin sur un tour­nage à Cine­citta le temps d’une réplique qui fuse : “Papa est mort, j’ai des diffi­cul­tés finan­cières alors je fais Saint-Matthieu pour 35 000 lires par jour.” En une phrase, tout y est : la déré­lic­tion, le déclas­se­ment, les condi­tions précaires du milieu artis­tique, et pour­tant un sublime noir et blanc pour faire vivre le rêve du cinéma à Rome. La copie restau­rée du film est l’oc­ca­sion rêvée de redé­cou­vrir à sa juste valeur ce pendant amer et flam­boyant de La Dolce Vita.

Une vie diffi­cile de Dino Risi (1961, It, 1h53) avec Alberto Sordi, Lea Massari, Vitto­rio Gass­man, Ales­san­dro Blaset­ti… Dimanche 28 novembre à 11h au Comoe­dia, Lyon 7e.

Night­mare Alley, le nouveau film ciné­vore de Guillermo Del Toro

La reconstitution historique, superbe, indique la période. Mais la phrase « il paraît que le Chleuh qui ressemble à Charlie Chaplin a envahi la Pologne » ne laisse plus de doute : nous sommes en septembre 1939. On se plaint aujourd’hui du climat, mais à cette période il pleuvait ...

Anthony Hopkins, « Father » à Oscars, nouveau sur Canal plus

C’est ce que les anglo-saxons appellent un “vehicle”. Un film tout entier construit autour d’une star, en l’occurrence Anthony Hopkins, le seul acteur avec lequel on peut passer 1h40 au ralenti dans une chambre sans s’ennuyer. Le personnage de The Father, premier film de Florian ...

Night­mare Alley, le nouveau film inter­mi­nable de Guillermo del Toro

C’est toujours embêtant quand l’aboutissement d’un film de 2h30 n’intervient qu’à la toute fin, dans une dernière scène, heureusement splendide. Avant, il vous faudra être (très) patient pour faire dix fois le tour d’une fête foraine des années 40, certes avec une Rooney Mara arc...