Sortir à Lyon
Partager cet article :

Plaire, aimer… La merveille LGBT de Chris­tophe Honoré gratuit sur Arte

Il y aura donc eu deux très beaux films français sur les amours homo­sexuelles au temps du sida des années quatre-vingt-dix : 120 batte­ments par minute de Robin Campillo (actuel­le­ment dispo­nible suer OCS) et ce beau film de Chris­tophe Honoré, à (re)voir aujourd’­hui gratui­te­ment sur Arte. La compa­rai­son s’ar­rête là. Le film d’Ho­noré est avant tout un auto­por­trait
intime et rétros­pec­tif, en forme de mélo distan­cié. Après un temps d’adap­ta­tion, le film s’en­vole vers une tendresse incon­nue jusqu’a­lors du cinéma d’Ho­noré. Trois acteurs au sommet (ne pas oublier
Denis Poda­ly­dès, excep­tion­nel en second rôle !) pour peindre trois visages et trois âges de l’ho­mo­sexua­lité: le jeune homo­sexuel qui se ment encore un peu à lui-même, le voisin plus dévoué à son ami qu’à sa propre cause, et l’écri­vain malade du sida qui bute contre une mort annon­cée.

Vincent Lacoste et Denis Poda­ly­dès dans Plaire, aimer et courir vite/

« Saillir la beauté »

Voler des instants tant qu’il est encore temps, c’est le beau projet de ce mélo souvent drôle, ne gros­sis­sant jamais les senti­ments de ses person­nages, étrei­gnant les instants les plus simples d’une vie. Le fantôme cares­sant d’un amour aimé reve­nant à la surface dans une baignoire, des larmes tues sur Anne Sylvestre dans une voiture, ou encore la dignité des derniers instants d’ami­tié dans une dernière scène boule­ver­sante au-delà des mots… Dans une forme ciné­ma­to­gra­phique plus ambi­tieuse qu’à l’ac­cou­tu­mée, Honoré aura filmé la plus douce des tendresses chez des person­nages prenant, l’air de rien, plus soin des autres que d’eux-mêmes, chacun touché en plein cœur par ce renon­ce­ment doulou­reux d’être encore vivant en ne pouvant plus tout à fait vivre sa vie.

Plaire, aimer et courir vite de Chris­tophe Honoré (2017, Fr, 2h12) avec Pierre Dela­don­champs, Vincent Lacoste, Denis Poda­ly­dès… Dispo­nible en replay sur Arte.tv

La dernière scène de Plaire, aimer et courir vite.

Avec Violent night, le Père Noël ne fait pas de cadeau

Le Père Noël n’y croit plus trop. Il boit bière sur bière dans un bar, fustigeant les enfants sur-consuméristes (non, pas vous...) qui vont jusqu’à réclamer de l’argent liquide. Il pense même raccrocher sa hotte, quand il se retrouve confronté à une prise d’otages dans une famill...

Le Torrent, nouveau nanar d’Anne Le Ny malgré André Dusso­lier

Quitte à voir un film pépère, autant qu'André Dussollier soit dedans... C'était ce qu'on s'était dit en allant voir Le Torrent d'Anne Le Ny, sans avoir qu'il n'arriverait qu'à la moitié du film pour un second rôle parfait comme d'habitude, mais un second rôle seulement... Celui d...