Sortir à Lyon
Partager cet article :

Suprêmes, le nouveau film sur la nais­sance de NTM

Tout est tech­nique­ment très bien filmé dans ce biopic de la nais­sance de NTM et pour­tant rien ne fonc­tionne : le scope léché ferait davan­tage penser à Salut les copains dans les années 60, Théo Chris­tine, acteur au demeu­rant esti­mable (aperçu en icône fragile dans Garçon chif­fon de Nico­las Maury, c’est dire s’il vient de loin), met toute son éner­gie à se débar­ras­ser de son image de beau gosse pour incar­ner JoeyS­tarr, en vain… Le reste de la distrib’ fait elle aussi le job, Félix Lefèbvre en tête, revenu d’Eté 85 de François Ozon en mana­ger de maison de disque, et pour­tant… il ne se passe rien. On voit défi­ler les archives et les émeutes des années 80 avec la même passi­vité que devant un JT, avec une seule diffé­rence : on a bien compris que tout ça était pour de faux, et une seule image des vrais Didier et Bruno dans un docu aurait plus de chien que les 2h chia­dées mais si polies de ce biopic défé­rent qu’elles en deviennent inutiles.

Suprêmes d’Au­drey Estrougo (Fr, 1h52) avec Théo Chris­tine, Sandor Funtek, Félix Lefèbvre, Rayane Badi… Sortie le 24 novembre.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...