Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réali­sa­teur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assu­mer une respon­sa­bi­lité indi­vi­duelle dans un régime tota­li­taire. Ou comment défier la censure en tour­nant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse d’être une menace. Moham­mad Rasou­lof avance à pas feutrés et crée une sorte de suspense de l’at­tente, lais­sant trans­pa­raître une violence sourde – celle d’une régime hors champ qui ne cesse de peser sur les consciences – comme celle de ce bon père de famille dont on décou­vrira à la fin du premier segment où il va en réalité en voiture chaque matin……

Le rôle moteur des femmes

Comme une inver­sion des valeurs intrin­sèque à la mise en scène, le rôle des femmes s’avère moteur dans ce passion­nant portrait volé de la société iranienne d’aujourd’­hui entre ville et campa­gne… même si les actrices gardent leur voile en jouant pour ne pas nuire à leur carrière. Un exer­cice de contour­ne­ment de la censure salu­taire, même s’il abou­tit à un dernier volet en forme d’hom­mage direct au Goût de la cerise d’Abbas Kiaros­tami, malheu­reu­se­ment un peu trop senten­cieux et symbo­lique. C’est sans doute ce qui lui valut son Ours d’Or au dernier festi­val de Berlin… Une décou­verte.

Le Diable n’existe pas de Moham­mad Rasou­lof (Iran, 2020) avec Moham­mad Seddi­ghi­mer, Baran Rasou­lof, Zhila Shahi… Sortie le 1er décembre.

Night­mare Alley, le nouveau film ciné­vore de Guillermo Del Toro

La reconstitution historique, superbe, indique la période. Mais la phrase « il paraît que le Chleuh qui ressemble à Charlie Chaplin a envahi la Pologne » ne laisse plus de doute : nous sommes en septembre 1939. On se plaint aujourd’hui du climat, mais à cette période il pleuvait ...

Anthony Hopkins, « Father » à Oscars, nouveau sur Canal plus

C’est ce que les anglo-saxons appellent un “vehicle”. Un film tout entier construit autour d’une star, en l’occurrence Anthony Hopkins, le seul acteur avec lequel on peut passer 1h40 au ralenti dans une chambre sans s’ennuyer. Le personnage de The Father, premier film de Florian ...

Night­mare Alley, le nouveau film inter­mi­nable de Guillermo del Toro

C’est toujours embêtant quand l’aboutissement d’un film de 2h30 n’intervient qu’à la toute fin, dans une dernière scène, heureusement splendide. Avant, il vous faudra être (très) patient pour faire dix fois le tour d’une fête foraine des années 40, certes avec une Rooney Mara arc...