Sortir à Lyon
Partager cet article :

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almo­do­var plutôt en bonne forme malgré une excen­tri­cité plus conte­nue, avec ses couleurs franches, ses desti­nées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Pené­lope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d’au­to­bio­gra­phie mascu­line, le réali­sa­teur espa­gnol revient à ses premières amours en auscul­tant une nouvelle fois la mater­nité dans Madres Para­le­las. Un film dont l’idée a germé il y a plus de 20 ans, et dont on croise même le titre dans Etreintes brisées via une affiche. Racon­tant la rela­tion ambigüe entre deux mères céli­ba­taires dont les bébés ont été échan­gés à la nais­sance, Almo­do­var s’aven­ture de nouveau sur des versants psycho­lo­giques incon­for­tables en évoquant des sujets tabou autour des liens du sang.

Entre ombre et lumière

On aime toujours autant la façon du cinéaste de racon­ter ses histoires entre mélo­drame et thril­ler, parve­nant à ména­ger du suspense rien qu’a­vec une souris d’or­di­na­teur.  Mais le film est surtout l’oc­ca­sion de dres­ser un énième portrait croisé de femmes et de mères que tout oppose entre une Pené­lope Cruz libre, sensuelle et heureuse de deve­nir mère et une ado trau­ma­ti­sée par son passé qui redoute sa mater­nité à venir. Peu à peu, chacune va échan­ger sa place avec l’autre, passant de l’ombre à la lumière.

Milena Smit et Pene­lope Cruz.

Convoquant constam­ment la vie et la mort, Almo­do­var en profite pour évoquer le passé franquiste de l’Es­pagne à travers le char­nier de son village que Janis veut rouvrir. Un récit secon­daire qui trans­porte ce film de conver­sa­tion en chambre, tourné pendant le confi­ne­ment, vers une réflexion histo­rique profonde sur la filia­tion et les origines, dans un finale inédit du cinéaste espa­gnol, offrant in fine un des plus beaux plans du film. Un faux petit film de la part d’un grand cinéaste donc.

Madres Para­le­las, de Pedro Almodó­var (Esp, 2h), avec Pené­lope Cruz, Milena Smit, Israel Elejalde, Aitanz Sanchez-Gijon, Rossy De Palma… Sortie le 1er décembre.

Night­mare Alley, le nouveau film ciné­vore de Guillermo Del Toro

La reconstitution historique, superbe, indique la période. Mais la phrase « il paraît que le Chleuh qui ressemble à Charlie Chaplin a envahi la Pologne » ne laisse plus de doute : nous sommes en septembre 1939. On se plaint aujourd’hui du climat, mais à cette période il pleuvait ...

Anthony Hopkins, « Father » à Oscars, nouveau sur Canal plus

C’est ce que les anglo-saxons appellent un “vehicle”. Un film tout entier construit autour d’une star, en l’occurrence Anthony Hopkins, le seul acteur avec lequel on peut passer 1h40 au ralenti dans une chambre sans s’ennuyer. Le personnage de The Father, premier film de Florian ...

Night­mare Alley, le nouveau film inter­mi­nable de Guillermo del Toro

C’est toujours embêtant quand l’aboutissement d’un film de 2h30 n’intervient qu’à la toute fin, dans une dernière scène, heureusement splendide. Avant, il vous faudra être (très) patient pour faire dix fois le tour d’une fête foraine des années 40, certes avec une Rooney Mara arc...