Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Main de Dieu, le plus beau film de Paolo Sorren­tino

La Main de Dieu, le nouveau film de Paolo Sorrentino sur Netflix.

Paolo Sorren­tino revient dans sa ville natale, à Naples, là où il avait tourné son premier film, L’Homme en plus, où il était déjà ques­tion de foot­ball. Avec La Main de Dieu, il est évidem­ment ques­tion de Mara­dona (cité en exergue au film) et de son trans­fert à Naples, mais surtout de la période bénie de l’en­fance au milieu de créa­tures felli­niennes et des sublimes paysages de la côte amal­fi­taine. Mais il s’agit surtout du premier film ouver­te­ment auto­bio­gra­phique de son auteur, tourné sur les lieux mêmes où il a habité, film d’ini­tia­tion à l’ombre d’un frère aîné tout d’in­sou­ciance, alors que le destin du cadet bascule avec le départ de Toni Servillo au milieu du film, comme si pour la première fois le réali­sa­teur italien quit­tait son acteur fétiche pour se retrou­ver seul face à lui-même.

Filippo Scotti, Teresa Sapo­nan­gelo et Toni Servillo dans La Main de Dieu.

Quit­ter l’en­fance

C’était la main de Dieu” comme le dit le titre origi­nal fait réfé­rence à une histoire fami­liale brisée qui va être à l’ori­gine de la voca­tion du cinéaste. Non sans une scène de dépu­ce­lage par substi­tu­tion comme lui seul sait en inven­ter, et une satire du milieu du théâtre et de ses actrices surfaites comme cet auto­di­dacte sait s’en amuser avec tendresse. Son inspi­ra­tion visuelle n’aura jamais été aussi impres­sion­nante pour rendre justice à l’émer­veille­ment que lui offrait la ville de son enfance célé­brée jusqu’au géné­rique de fi (“Je suis napo­li­tain ». C’est pour­tant là qu’il aura appris à conju­rer la mélan­co­lie et la souf­france fami­liales qui rôdent autour de lui par la “vie imagi­naire” du cinéma et la “persé­vé­rance” qu’elle néces­site, jusqu’à rêver en lui ses prochains films.

Filippo Scotti (Fabietto) et Luisa Ranieri (tante Patri­zia) dans La Main de Dieu.

Commencé comme une formi­dable comé­die napo­li­taine, La Main de Dieu se recentre peu à peu sur une néces­sité artis­tique plus forte que le mouve­ment de la vie. L’en­fant au walk­man peut fermer les yeux dans le train en voyant défi­ler les paysages avec lesquels il a quitté l’en­fance. Depuis, il a fait de beaux rêves de cinéma. Dieu sait qu’on aime Paolo Sorren­tino. Mais peut-être vient-il de signer avec cette Main de Dieu son film le plus person­nel et le plus abouti, aussi drôle qu’é­mou­vant. Comme quoi, parfois, Netflix a du bon…


La Main de Dieu de Paolo Sorren­tino (It, 2h10) avec Filippo Scotti, Luisa Ranieri, Toni Servillo, Marlon Joubert, Teresa Sapo­nan­ge­lo… Sur Netflix depuis le 15 décembre.

Night­mare Alley, le nouveau film ciné­vore de Guillermo Del Toro

La reconstitution historique, superbe, indique la période. Mais la phrase « il paraît que le Chleuh qui ressemble à Charlie Chaplin a envahi la Pologne » ne laisse plus de doute : nous sommes en septembre 1939. On se plaint aujourd’hui du climat, mais à cette période il pleuvait ...

Anthony Hopkins, « Father » à Oscars, nouveau sur Canal plus

C’est ce que les anglo-saxons appellent un “vehicle”. Un film tout entier construit autour d’une star, en l’occurrence Anthony Hopkins, le seul acteur avec lequel on peut passer 1h40 au ralenti dans une chambre sans s’ennuyer. Le personnage de The Father, premier film de Florian ...

Night­mare Alley, le nouveau film inter­mi­nable de Guillermo del Toro

C’est toujours embêtant quand l’aboutissement d’un film de 2h30 n’intervient qu’à la toute fin, dans une dernière scène, heureusement splendide. Avant, il vous faudra être (très) patient pour faire dix fois le tour d’une fête foraine des années 40, certes avec une Rooney Mara arc...