Sortir à Lyon
Partager cet article :

On a vu le nouveau Matrix Resur­rec­tions, et on n’a rien compris !

Certains critiques laissent entendre qu’ils ont tout compris du dernier Matrix. Soit ils mentent, soit ils font partie du complot. Déjà, les épisodes précé­dents posaient des ques­tions encore plus embrouillées que le nouveau plan de circu­la­tion des pentes de la Croix-Rousse. Là, on atteint l’in­va­sion de chatons dans un maga­sin Phil­dar. Neo était sensé être mort, il est juste plus vieux. En tant que Thomas Ander­son, il déve­loppe un jeu vidéo à succès qui s’ap­pelle The Matrix. Au bistrot, il lorgne une femme mariée qui a les mêmes traits que Trinity, mais elle s’ap­pelle Tiffany. On écha­faude donc naïve­ment l’hy­po­thèse que toute cette histoire de Matrix était le scéna­rio d’un gamer.

Yahia Abdul Mateen II coursé par Jessica Henwick.

Néo va-t-il épou­ser Trinity ?

Mais non, chez les Wachowski (frères, puis frère et sœur, puis sœurs), on déteste la simpli­cité. Neo doit déli­vrer Trinity toujours coin­cée dans la Machine. Il retrouve Morpheus devenu « un codex de parti­cules exomorphes fonc­tion­nant par oscil­la­tions para­ma­gné­tiques ». Le plan ? « Sous l’ano­ma­leum se trouve une couche de fibres amnio­tiques, acces­sibles par un conduit hexa­go­nal alimen­tant la prise d’air dans le modi­fi­ca­teur corpus­cu­laire qui oxygène le bio-gel utilisé dans la capsule de Néo ».

Il suffit simple­ment ensuite d’uti­li­ser le Système d’Opé­ra­tions pour ouvrir l’éva­cua­teur et désen­ga­ger les macé­ra­teurs. Le problème de Matrix c’est qu’on préfère l’illu­sion (c’est nous les moutons), les lunettes noires de chez Grand Opti­cal et le kung-fu volant, à la « réalité » : un monde de zadistes dans une grotte dirigé par une géné­rale au pauvre look de sorcière de Pirates des Caraïbes. Incom­pré­hen­sible, mais pas si mal. F.M.

Matrix Resur­rec­tions de Lana Wachowski (EU, 2h28) avec Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss, Jona­than Groff, Yahya Abdul-Mateen II…

Samedi 15 janvier à 16h30 au Tobog­gan à Décines, projec­tion suivie d’une rencontre avec un spécia­liste des effets spéciaux.

Un beau matin, le plus beau rôle de Léa Seydoux

Retraçant comme souvent sa propre expérience, la réalisatrice du Père de mes enfants filme la vie de Sandra (Léa Seydoux), jeune mère célibataire qui, quand elle n'est pas occupée à transporter son père (Pascal Greggory) d'une maison de retraite à l'autre, passe son temps à éleve...

Tori et Lokita, le nouveau film déce­vant des Dardenne

Il y a toujours de belles choses dans un film des frères Dardenne. Comme ici le premier gros plan sur Lokita (Joely Mbundu) ou Pablo Schils, gamin au vélo inoubliable alors que les réalisateurs belges reviennent au sujet de La Promesse : la famille et l’immigration. Comme toujour...

Dahmer, la snuff série gay la plus vue de Netflix

Tu m'étonnes que tout le monde regarde ! Voyeuriste, sordide, malaisant, mais aussi incroyablement bien interprété et mis en scène (même Gregg Araki a mis la main à la pâte pour un épisode !), Dahmer, monstre, L'Histoire de Jeffrey Dahmer, est un véritable phénomène... assez impr...