Sortir à Lyon
Partager cet article :

The Card Coun­ter, le nouveau film hard­core de Schra­der pour finir l’an­née

C’est une sorte de virée nocturne hallu­ci­née, qui part de la prison pour reve­nir à la prison, avec en voix-off la soli­tude impla­cable de son anti-héros, impas­sible (Oscar Isaac, fanto­ma­tique). “J’aime la routine. En prison, j’ai appris à comp­ter les cartes.” Le monde du jeu ne sera qu’une façade aveu­glante aux néons fluos que vient briser le véri­table sujet du film : des bouf­fées d’ul­tra-violence et de scènes de torture de Guan­ta­namo aux limites du suppor­table, qui permettent à Schra­der de retrou­ver son acteur fétiche, Willem Dafoe, ici en traître de guerre à expier.

Willem Dafoe dans l’en­fer de Guan­ta­namo dans The Card Coun­ter de Paul Schra­der.

This is hard­core

Hard­core comme le titre de son premier film, The Card Coun­ter est du pur Schra­der, à la fois contrit et flam­boyant, déployant une maes­tria jansé­niste unique dans la cinéma améri­cain, mêlant puis­sance et rigueur dans chaque plan, jusqu’au maso­chis­me… Inutile d’y aller pour rigo­ler, tout n’est qu’é­preuve et contra­dic­tion chez ce Schra­der plus Chris­tique que jamais : soli­tude dans les endroits peuplés des néons aveu­glants des casi­nos, monde opaque des gamers qui fait écran à l’ul­tra-violence quand Oscar Isaac croise la route d’un jeune homme ayant soif de vengeance (Tye Sheri­dan, le gamin de Mud ou Ready Player One, dans un tout petit rôle), torture fantas­mée ou bien réelle et amours rédemp­toires.

Oscar Isaac et Tye Sheri­dan, en plein complot.

Lost High­way

On recon­naît Schra­der à l’apo­gée de son style : images glacées sur musique sourde densi­fiées par la pulsion auto­des­truc­trice des person­nages. La déam­bu­la­tion nocturne en stea­dy­cam finit parfois par tour­ner un peu à vide et se permettre quelques faci­li­tés comme comme les plans sur une route en perdi­tion la nuit…

Tiffany Haddish, un des plus beaux rôles de femme dans un film de Paul Schra­der.

Féti­chisme (l’em­bal­lage du moindre meuble du motel), obses­sions soli­taires, compa­gnon­nage destruc­teur, on ne tient pas fran­che­ment la comé­die de la rentrée mais une forme de brûlot chris­tique de la déchéance améri­caine contem­po­raine, belle comme le temps à tuer  sous les néons fluos des casi­nos. Avec en prime une nouveauté : une séquence d’amour hallu­ci­née qui vire dans la séquence finale à une relec­ture de La Créa­tion d’Adam de Michel-Ange façon Eve aux faux-ongles, avec un toucher de doigts autre­ment plus païen que chris­tique… Aussi noir que reste Schra­der, il garde quand même une pointe d’hu­mour… toute rela­tive.


The Card Coun­ter de Paul Schra­der (EU, 1h51) avec Oscar Isaac, Tiffany Haddish, Tye Sheri­dan, Willem Dafoe… Sortie le 19 décembre.

Night­mare Alley, le nouveau film ciné­vore de Guillermo Del Toro

La reconstitution historique, superbe, indique la période. Mais la phrase « il paraît que le Chleuh qui ressemble à Charlie Chaplin a envahi la Pologne » ne laisse plus de doute : nous sommes en septembre 1939. On se plaint aujourd’hui du climat, mais à cette période il pleuvait ...

Anthony Hopkins, « Father » à Oscars, nouveau sur Canal plus

C’est ce que les anglo-saxons appellent un “vehicle”. Un film tout entier construit autour d’une star, en l’occurrence Anthony Hopkins, le seul acteur avec lequel on peut passer 1h40 au ralenti dans une chambre sans s’ennuyer. Le personnage de The Father, premier film de Florian ...

Night­mare Alley, le nouveau film inter­mi­nable de Guillermo del Toro

C’est toujours embêtant quand l’aboutissement d’un film de 2h30 n’intervient qu’à la toute fin, dans une dernière scène, heureusement splendide. Avant, il vous faudra être (très) patient pour faire dix fois le tour d’une fête foraine des années 40, certes avec une Rooney Mara arc...