Sortir à Lyon
Partager cet article :

Gone Girl, le plus beau film de David Fincher

Le temps d’al­ler boire un verre au bar d’à côté, et sa femme a disparu. Pauvre Ben Affleck, juste assez falot et désa­gréable pour être soupçonné d’avoir maquillé l’as­sas­si­nat de sa propre femme. En quelques scènes de flash­backs métho­diques, Fincher orga­nise le soupçon. Il lui réglera son compte quelque temps plus tard dans un rebon­dis­se­ment phéno­mé­nal, lors d’une scène en appa­rence fleg­ma­tique mais au montage infer­nal, dont on ne révé­lera évidem­ment stric­te­ment…­rien. On l’ou­blie trop souvent: Fincher est sans doute le réali­sa­teur actuel à la plus grande écono­mie d’écri­ture, capable de faire passer un maxi­mum de rensei­gne­ments dans la scène la plus courte, sans le moindre effet de manche. C’est ainsi que sont filmés les meurtres: impas­sibles, métho­diques, presque inci­dents, aussi méti­cu­leux qu’ex­pé­diés.

Adapté du best-seller de Gillian Flynn

Car voilà, s’il a tout l’air d’être une bonne petite commande d’un thril­ler du samedi soir – adapté du best-seller de Gillian Flynn, commise d’of­fice au scéna­rio – ce n’est pas tant le thril­ler qui inté­resse Fincher, que sa trilo­gie des rapports homme-femme qu’il avait entamé avec The Social Network (la petite amie de Zucker­berg refu­sant son“amitié”) puis Mille­nium (ou l’his­toire de Lisbeth Salan­der se vengeant de son violeur, sous-titré Les hommes qui n’ai­maient pas les femmes). Trompe-l’œil perma­nent, Gone Girl est un peu au couple ce que Zodiac était au crime: une enquête en forme de palimp­seste, irré­so­lue, mais qui remet de fond en comble en cause tout le fonc­tion­ne­ment de la société sur son passage.

Ben Affleck et Rosa­mund Pike dans Gone Girl de David Fincher.

Inver­sion des rapports homme-femme

Dès l’ou­ver­ture, sublime, c’est litté­ra­le­ment au voyage dans la tête d’une femme que nous convie Fincher (“Quand je pense à elle, je me vois
ouvrir son crâne et dérou­ler sa cervelle, pour voir ce qu’elle pense
”, sic !), qu’elle fut assas­si­née, psycho­pathe, ou les deux ! Le coup de génie de ce scéna­rio à double fond, ce n’est pas tant de multi­plier les rebon­dis­se­ments comme un pied de nez au réalisme – ce que d’au­cuns n’ont pas manqué de lui repro­cher – mais de renver­ser le point de vue entre homme et femme en plein milieu du film. Le simple thril­ler se mue alors en satire sourde contre le mariage et la famille tradi­tion­nelle (le chat est le seul person­nage dont chacun prend soin), d’au­tant plus impi­toyable que le beau rôle est sans cesse inversé entre les époux (Rosa­mund Pike dans ses oeuvres).

Gratuit sur France 2 ce dimanche

En plus de retrou­ver ses grands thèmes habi­tuels (la déréa­li­sa­tion du
monde et la mise en scène géné­ra­li­sée par le story telling à tous les étages, média­tique comme intime), Fincher se paie le luxe de les ramas­ser pour la première fois dans un final inso­lent qui désigne défi­ni­ti­ve­ment Gone Girl comme la grande comé­die que le film n’aura jamais cessé d’être. Cruel et céré­bral comme un Kubrick, ludique comme du Mankie­wicz, si Eyes Wide Shut avait été une comé­die, elle s’ap­pel­le­rait Gone Girl. L.H.

Gone Girl de David Fincher (2014, EU, 2h29) avec Ben Affleck, Rosa­mund Pike, Neil Patrick Harris, Tyler Perry, Kim Dickens, Patrick Fugit, Casey Wilson… Dimanche 9 janvier à 21h05 sur France 2.

Night­mare Alley, le nouveau film ciné­vore de Guillermo Del Toro

La reconstitution historique, superbe, indique la période. Mais la phrase « il paraît que le Chleuh qui ressemble à Charlie Chaplin a envahi la Pologne » ne laisse plus de doute : nous sommes en septembre 1939. On se plaint aujourd’hui du climat, mais à cette période il pleuvait ...

Anthony Hopkins, « Father » à Oscars, nouveau sur Canal plus

C’est ce que les anglo-saxons appellent un “vehicle”. Un film tout entier construit autour d’une star, en l’occurrence Anthony Hopkins, le seul acteur avec lequel on peut passer 1h40 au ralenti dans une chambre sans s’ennuyer. Le personnage de The Father, premier film de Florian ...

Night­mare Alley, le nouveau film inter­mi­nable de Guillermo del Toro

C’est toujours embêtant quand l’aboutissement d’un film de 2h30 n’intervient qu’à la toute fin, dans une dernière scène, heureusement splendide. Avant, il vous faudra être (très) patient pour faire dix fois le tour d’une fête foraine des années 40, certes avec une Rooney Mara arc...