Sortir à Lyon
Partager cet article :

Lico­rice Pizza, le nouveau film labo­rieux de PT Ander­son

2h15 pour finir par filmer un baiser, c’est long. On n’a rien contre les préli­mi­naires, mais Paul Thomas Ander­son n’est plus un adoles­cent depuis long­temps… Certes, il a choisi, à défaut de véri­tables révé­la­tions, un couple d’ados très frais pour sa « pizza au réglisse » : Alana Haim, venue de l’image de mode, et Cooper Hoff­man (fils de feu Samuel Seymour Hoff­man). Ok, il a toujours aimé les histoires d’amour tordues, de son formi­dable Punch Drunk love à l’ome­lette empoi­son­née du couple de Phan­tom thread. Filmant ici un couple de doux dingues se cher­chant en se perdant de vue, il est surtout devenu maniaque. Du rateau initial au baiser final de Lico­rice Pizza (belle idée), il nous balaye la banlieue de Los Angeles vintage en long en large et en travers (travel­lings dans les deux sens si possible qu’on soit sûr de voir qu’il sait filmer, et stea­dy­cam aux plans léchés pour la vire­volte, hélas ainsi asep­ti­sée.

Alana Haïm sous les néons dans Lico­rice pizza.

Auteu­risme asep­tisé

Alors ok, Lico­rice Pizza est somp­tueu­se­ment photo­gra­phié de bout en bout, même le temps d’une virée avec Sean Penn en tout petit second rôle (nous, on préfère le jeune Nate Mann en Brian, ou Brad­ley Cooper, hila­rant en produc­teur de Barbara Strei­sand). Quel dommage qu’il ne s’y passe rien… ou pas grand-chose. L’idéa­li­sa­tion de l’ado­les­cence n’est ici qu’un exer­cice maniéré d’un cinéaste en train de cueillir la fraî­cheur de deux jeunes acteurs au milieu des néons… En vain : le Holly­wood vintage a été large­ment mieux filmer ailleurs (Il était une fois à Holly­wood de Taran­tino qui a failli dégoû­ter PTA de faire son film, ou Under the silver lake de David Robert Mitchell). De l’époque, de l’en­droit, de la culture juive d’Alana, de l’af­faire Manson / Sharon Tate ou des gays qu’on voit passer subrep­ti­ce­ment, PTA ne fera rien…qu’un film de Paul Thomas Ander­son, reve­nant à lui-même et aux clichés d’ar­tiste, d’une comé­die musi­cale pataude et d’un film en train de se faire (bonjour l’au­teu­risme). Un film pour lui donc, et ses fans les plus indé­crot­tables. Pour le reste, le film le plus sures­timé de ce début d’an­née !

Lico­rice Pizza de Paul Thomas Ander­son (EU, 2h13) avec Alan Haim, Cooper Hoff­man, Tom Waits, Sean Penn, Brad­ley Cooper, Nate Mann… Sortie le 5 janvier.

Night­mare Alley, le nouveau film ciné­vore de Guillermo Del Toro

La reconstitution historique, superbe, indique la période. Mais la phrase « il paraît que le Chleuh qui ressemble à Charlie Chaplin a envahi la Pologne » ne laisse plus de doute : nous sommes en septembre 1939. On se plaint aujourd’hui du climat, mais à cette période il pleuvait ...

Anthony Hopkins, « Father » à Oscars, nouveau sur Canal plus

C’est ce que les anglo-saxons appellent un “vehicle”. Un film tout entier construit autour d’une star, en l’occurrence Anthony Hopkins, le seul acteur avec lequel on peut passer 1h40 au ralenti dans une chambre sans s’ennuyer. Le personnage de The Father, premier film de Florian ...

Night­mare Alley, le nouveau film inter­mi­nable de Guillermo del Toro

C’est toujours embêtant quand l’aboutissement d’un film de 2h30 n’intervient qu’à la toute fin, dans une dernière scène, heureusement splendide. Avant, il vous faudra être (très) patient pour faire dix fois le tour d’une fête foraine des années 40, certes avec une Rooney Mara arc...