Sortir à Lyon
Partager cet article :

Night­mare Alley, le nouveau film inter­mi­nable de Guillermo del Toro

C’est toujours embê­tant quand l’abou­tis­se­ment d’un film de 2h30 n’in­ter­vient qu’à la toute fin, dans une dernière scène, heureu­se­ment splen­dide. Avant, il vous faudra être (très) patient pour faire dix fois le tour d’une fête foraine des années 40, certes avec une Rooney Mara archi-sexy sur sa chaise élec­trique (factice), de belles trou­vailles visuelles, mais une expo­si­tion des person­nages fran­che­ment inter­mi­nable. La caméra montée sur roue de Guillermo del Toro ne s’ar­rête jamais de tour­ner, mobile au point de percer chacun des couloirs en stea­dy­cam (déci­dé­ment une manie d’au­teur en ce début d’an­née après Lico­rice Pizza), et de réali­ser son plan de grue à chaque plan large… pour mieux nous montrer l’en­vers du décor.

Brad­ley Copper, escroc de foire dans Night­mare Alley.

Usine à rêves et déjà vu

Pas de « Night­mare » ici, c’est bien la machine du cinéma que Del Toro met en scène, renonçant pour la première fois aux créa­tures fantas­tiques de son cinéma pour ne filmer que la repré­sen­ta­tion théâ­trale et ses illu­sions falla­cieuses. Il faudra attendre le visage final pour en mesu­rer toute la caus­ti­cité. Le tour de manège qui précède consiste en un hommage perma­nent à l’usine à rêves, des films de monstres de foires au film noir avec blonde fatale (Cate Blan­chett, consu­mant les dernières cartouches du genre dana la dernière heure, sans grande origi­na­lité).

Brad­ley Cooper sous toutes les coutures dans Night­mare Alley.

Le grand rôle de Brad­ley Cooper

Le vrai du faux, le goût de l’illu­sion et de la mani­pu­la­tion à travers les arti­fices du spec­tacle, Guillermo del Toro est un cinéaste beau­coup trop défé­rent et confor­miste pour donner un relief person­nel à ce remake du film d’Ed­mond Goul­ding de 1949 (encore une mise en abîme), même s’il témoigne à merveille de son travail d’or­fèvre. Pour attendre la révé­la­tion finale et les quelques coups de feu, pour­suites et gouttes de sang versées dans le dernier quart-d’heure, ils vous sera en revanche plus facile d’être patients devant un acteur de la trempe de Brad­ley Cooper. Dépe­naillé, hirsute, menteur barbu ou magi­cien rasé de près en costume de scène, il trouve ici un de ses grands rôles de mani­pu­la­teur (dont la vérité, bien sûr, ne sera révé­lée qu’à la fin). Dommage que le film ne soit pas à sa hauteur.

Night­mare Alley de Guillermo del Toro (E-U-Mex, 2h30) avec Brad­ley Cooper, Rooney Mara, Toni Colette, Cate Blan­chett, Willem Dafoe… Sorti le 19 janvier.

Pour un avis diffé­rent (on se prend pour Télé­rama !), mais pas tant que ça, lire aussi la critique de François Mailhes.

Avec son Asté­rix, Canet copie Chabat en plus nul

Après Claude Zidi, Alain Chabat et Laurent Tirard, Guillaume Canet s’attaque à la bande dessinée culte de Goscinny et Uderzo avec Astérix et Obélix, L'Empire du milieu. Une adaptation poussive avec un duo principal décevant, malgré les seconds rôles qui raviront les enfants. K...

Un petit frère, le nouveau film de toute beauté de Leonor Saraille

Après Jeune femme, son beau premier film, Léonor Saraille signe un second long-métrage encore plus ambitieux, portrait d’une famille immigrée originaire de Côte d’Ivoire sur plusieurs dizaines d’années. A la façon du Boyhood de Richard Linklater mais dans un contexte on ne peut p...

Pour la France avec Karim Leklou, un petit film pour un grand sujet

Malgré un titre ronflant, Rachid Hami s'arrête un peu trop à l'anecdote du portrait de famille dans son film Pour la France, avec un Karim Leklou en alter-ego de son réalisateur. Mouais... Aïssa, le frère cadet d'une famille algérienne qui souhaitait s'engager pour son pays, n...