Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Jeunes amants, le nouveau film d’amour avec Fanny Ardant

Fanny Ardant et Melvil Poupaud dans Les Jeunes Amants de Carine Tardieu
Fanny Ardant et Melvil Poupaud, amoureux dans Les Jeunes Amants.

Quand on a plus de 70 ans – c’est-à-dire l’âge de Fanny Ardant – on fait l’amour, qu’on n’a pas fait depuis long­temps, sur du Bach, pas tout de suite et tout douce­ment… Ça peut être tout aussi beau, quand c’est filmé avec la déli­ca­tesse de Carine Tardieu. Tout est tissé de fil rose, très tendre, dans Les Jeunes Amants, un film clas­sique et clas­sieux comme le cinéma français n’en faisait plus, porté par un roman­tisme ancien, qui n’a pas dit son dernier mot. Un peu comme un film de François Truf­faut qui fini­rait bien. En plus du réalisme crédible pour filmer la ville et l’hô­pi­tal (à Lyon, où le film commence), c’est surtout le face-à-face entre deux acteurs au sommet de leur matu­rité qui fait le prix de ces amants plus si jeunes mais peut-être encore plus beaux.

Fanny Ardant, Melvil Poupaud et la force des senti­ments

Evitant l’im­pu­deur comme la fausse coquet­te­rie (quand même, elle est pas si mal, pour son âge…), avec de savou­reux dialogues pour leur première fois, Carine Tardieu réus­sit l’ap­proche de cette “femme d’un certain âge” (on entend A Lady of a certain age de The Divine Comedy) par un chirur­gien aussi sincè­re­ment marié que boule­versé, dont la force du senti­ment amou­reux nous touche. Le déve­lop­pe­ment de leur histoire est plus attendu, et l’in­cur­sion dans le mélo plus glis­sante, mais ce beau film d’ac­teurs et d’amour se solde par un hommage inat­tendu à Annie Girar­dot, et Solveig Anspach, réali­sa­trice fauchée dans la fleur de l’âge, à laquelle il est dédié.

Les Jeunes Amants, de Carine Tardieu (Fr, 1h52) avec Fanny Ardant, Melvil Poupaud, Cécile de France, Florence Loiret-Caille, Sharif Andou­ra… Sortie le 2 février 2022.

The North­man, un film bête comme un Viking !

On avait bien aimé The Lighthouse, le précédent film de Robert Eggers. On avait peut-être eu tort... Parce qu'à vouloir s'intéresser à la légende d'Amleth, ours et loup", ancêtre du Hamlet élisabéthain voulant venger son père en trucidant son oncle, le moins qu'on puisse dire, c'...