Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le Maigret émou­vant de Depar­dieu dans le nouveau Patrice Leconte

Depardieu en Maigret pour Patrice Leconte.
Patrice Leconte magnifie Depardieu en Maigret.

Patrice Leconte avait déjà adapté Georges Sime­non dans Monsieur Hire, un de ses plus beaux films – si ce n’est le plus beau – avec Michel Blanc en figure soli­taire. Cette fois, il s’at­taque au plus mythique des soli­taires de l’au­teur, le commis­saire Maigret, pour tour­ner pour la première fois avec Gérard Depar­dieu. Sa silhouette pachy­der­mique planquée sous son « armure » – son chapeau et sa montagne de manteau – Depar­dieu ne « joue » plus, il ne « fait qu’é­cou­ter« , crépus­cu­laire, la voix fêlée avec parfois même de la peine à marcher, plai­san­tant simple­ment sur le « pop pop » de la pipe qu’il n’a plus le droit de fumer.

Le dernier rôle d’An­dré Wilms au cinéma face à Gérard Depar­dieu (photo Pascal Chan­tier).

Le rôle se confond en perma­nence avec l’ac­teur, et dans une des scènes les plus émou­vantes du film, André Wilms – déjà dans Monsieur Hire et ici dans son dernier rôle – avouera ce qu’est la dévas­ta­tion de « perdre un enfant » sous le regard de Depar­dieu qui se conten­tera d’ac­quies­cer. Pudeur…

L’art du cadre selon Patrice Leconte (photos Pascal Chan­tier).

Patrice Leconte, l’art de la mise en scène

Pas sûr que la rencontre entre Depar­dieu et Maigret ait vrai­ment lieu tant l’ac­teur prend désor­mais toute la place – au propre comme au figuré – mais si ce Maigret est réussi, c’est d’abord grâce à l’art de la mise en scène de Patrice Leconte. Hommage aux petite gens de province venues de Romans-sur-Isère (à côté d’où il habite), aux acteurs de seconds rôles tous plus soignés les uns que les autres pour défi­ler devant le grand Gégé (avec Hervé Pierre et Aurore Clément en guest-stars privi­lé­giées), Leconte joue en perma­nence des décors d’époque (les années 30), de l’es­pace et du cadre jusqu’à « l’ap­pa­ri­tion » finale et mettre en scène Maigret au ciné­ma…

Hommage aux acteurs et au septième art, ce Maigret et la jeune morte (le titre du livre) est tout sauf pares­seux : dans une mise en scène mobile sans le moindre gras (1h29, bonheur), Leconte n’ou­blie jamais le fil d’une véri­table intrigue, sur fond d’ho­mo­sexua­lité clan­des­tine et de scan­dale fami­lial à la Chabrol. Un vrai bon polar de la part d’un réali­sa­teur qu’on est heureux de retrou­ver à son meilleur, dans un film sans doute plus person­nel qu’il n’y paraît. Chapeau.

Maigret de Patrice Leconte (Fr, 1h29) avec Gérard Depar­dieu, Jade Labeste, Méla­nie Bernier, Aurore Clément, Hervé Pierre, André Wilms, Eliza­beth Bour­gi­ne…

Patrice Leconte sur le tour­nage de son Maigret.

Tori et Lokita, le nouveau film déce­vant des Dardenne

Il y a toujours de belles choses dans un film des frères Dardenne. Comme ici le premier gros plan sur Lokita (Joely Mbundu) ou Pablo Schils, gamin au vélo inoubliable alors que les réalisateurs belges reviennent au sujet de La Promesse : la famille et l’immigration. Comme toujour...

Dahmer, la snuff série gay la plus vue de Netflix

Tu m'étonnes que tout le monde regarde ! Voyeuriste, sordide, malaisant, mais aussi incroyablement bien interprété et mis en scène (même Gregg Araki a mis la main à la pâte pour un épisode !), Dahmer, monstre, L'Histoire de Jeffrey Dahmer, est un véritable phénomène... assez impr...