Sortir à Lyon
Partager cet article :

La seule critique à avoir aimé The North­man, le nouveau film de Vikings

Alexander Skarrsgard et Nicole Kidman dans The Northman de Robert Eggers.
Alexander Skaarsgard est The Northman.

Islande, en l’an 895. Le roi slave Aurvan­dil (Ethan Hawke) est de retour de combats, pillages et autres viols. Sa femme Gudrún (Nicole Kidman), lui propose de passer à la phase repos du guer­rier. Mais Aurvan­dil préfère aller chez le sorcier initier son jeune fils Amleth (de la drogue à l’âge de 5 ans !), afin de prépa­rer sa succes­sion. Bien lui en prend. Son propre frère, l’om­bra­geux Fjöl­nir, le déca­pite après l’avoir trans­formé en héris­son à coups de flèches. Il enlève sa veuve et détruit le village, comme semble être l’usage avant la conven­tion de Genève. Le jeune fils échappe de peu à la mort et jure vengeance. Adopté par une tribu de pillards vikings, il oublie peu à peu sa promesse.

Bjork dans The North­man (si, si).

Bjork en sorcière aveugle

Mais une sorcière aveugle (Bjork) habillée par un styliste dément, lui rappelle que le destin n’est pas négo­ciable. La première idée est que le scéna­rio est honteu­se­ment volé à Shakes­peare. En fait, c’est l’in­verse. Shakes­peare s’est inspiré d’une légende nordique pour créer Hamlet, un fluet indé­cis et mélan­co­lique qui se fait passer pour fou afin de ne pas assu­mer sa desti­née. L’ori­gi­nal est beau­coup plus rustique et peu porté vers la philo­so­phie. Gaulé comme Conan le barbare, il s’em­pare de l’épée de la nuit (elle ne marche pas la jour­née) une arme magique assoif­fée de sang. Il trouve son beau-père devenu fermier au pied d’un volcan, au milieu de paysages extra­or­di­naires. Violent, épique, cauche­mar­desque, nocturne, outra­geu­se­ment esthé­tique, ce film donne toute­fois envie de passer des vacances en… Ecosse, où il a été tourné.

Alexan­der Skaars­gard et Nicole Kidman, mère et fils.

The North­­man de Robert Eggers (E.U., 2h16) avec Alexan­­der Skars­­gard, Nicole Kidman, Ethan Hawke, Willem Dafoe (dans un petit rôle), Annia Taylor-Joy, Elliott Rose… Sortie le 11 mai. Pour un avis tota­le­ment diffé­rent, l’autre critique du film.

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...