Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les Crimes du futur, un nouveau Cronen­berg décliné au passé

Les Crimes du futur, le nouveau film de David Cronenberg avec Léa Seydoux.
Léa Seydoux et Viggo Mortensen dans Les Crimes du futur de David Cronenberg.

On est heureux de retrou­ver David Cronen­berg. D’au­tant qu’a­vec Les Crimes du futur, il retrouve à peu près tous ses films précé­dents, des corps hybrides et mons­trueux du Festin nu jusqu’aux expé­ri­men­ta­tions post-sexuelles encore plus pous­sées que dans Crash. « Le vieux sexe, ce n’est plus pour moi » s’ex­cuse Viggo Morten­sen en alter-ego du réali­sa­teur, avant que Léa Seydoux n’as­sène la maxime du film les seins gonflés jusqu’aux tétons : « La chirur­gie a remplacé la sexua­lité ».

Un baiser du « vieux sexe » entre Kris­ten Stewart et Viggo Morten­sen.

A partir de l’as­sas­si­nat d’un enfant par sa propre mère sous prétexte qu’il mange trop de plas­tique (le cinéaste disait lui-même à Cannes que la première scène de son film suffi­rait à faire fuir les spec­ta­teurs), Cronen­berg se livre à une nouvelle évoca­tion expé­ri­men­tale des corps : dissec­tions, plaies, muta­tions d’or­ganes, alimen­ta­tion et même fella­tion ventrale avec ferme­ture éclair pour accès immé­diat (qu’on vous laisse décou­vrir), tous les thèmes tordus du cinéaste cana­dien sont là. L’ar­tiste de body art aussi, faisant réfé­rence à la sublime scène de finale de M Butter­fly, un de ses plus beaux films encore sous-estimé. Malheu­reu­se­ment, la construc­tion et le ludisme dispa­raissent de son style tardif. Les dialogues presque toujours sérieux, la distan­cia­tion de la caméra à l’in­té­rieur de chaque plan et le rythme apathique en feraient presque un film post-mortem avant l’heure. Une idée qui pour­rait ne pas déplaire au réali­sa­teur, mais qui renvoie plus ce dernier film à une compi­la­tion de ses préoc­cu­pa­tions passées qu’à l’ici et main­te­nant. Un futur anté­rieur en quelque sorte.

Les Crimes du futur de David Cronen­berg (Can-Grè, 1h48) avec Viggo Morten­sen, Léa Seydoux, Kirs­ten Stewart, Scott Speed­man, Don McKel­lar, Tanaya Beatty, Welket Bungué… Sortie le 25 mai.

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...