Sortir à Lyon
Partager cet article :

Ridley Scott, le plus grand cinéaste vintage à l’Ins­ti­tut Lumière

Gladiator ouvre la rétrospective Ridley Scott à l'Institut Lumière.
Russele Crowe dans Gladiator de Ridley Scott.

“Pourquoi se canton­ner à un genre, mon genre c’est le bon cinéma” écri­vait-il. L’Ins­ti­tut Lumière honore d’une rétros­pec­tive (qui cartonne) un cinéaste entré dans l’ima­gi­naire collec­tif qui a réin­venté les genres du grand cinéma, oscil­lant entre fresques histo­riques et récits futu­ristes. Portrait.

Une méga­pole futu­riste satu­rée de néons qui trans­percent une pluie nocturne, un enfan­te­ment mons­trueux au fin fond de la galaxie, une Thun­der­bird bleu turquoise se préci­pi­tant dans le grand Canyon, ou une main rugueuse qui caresse un champ de blé sur la route de l’au-delà…. Rares sont les spec­ta­teurs qui n’ont été frap­pés par les visions de cinéma forgées par Ridley Scott, grand cinéaste démiurge, dont le regard d’es­thète s’est employé à trans­cen­der tous les récits, tous les genres qu’ils a explo­rés, tous les mondes où il nous a embarqués. L’Ins­ti­tut Lumière rend hommage à un artiste majeur, encore parfois réduit par paresse critique à un simple illus­tra­teur brillant. Qu’une ciné­ma­thèque lui consacre une vaste rétros­pec­tive est un événe­ment en soi, à point nommé pour rappe­ler la richesse de sa filmo­gra­phie et attes­ter de sa place dans l’his­toire du cinéma. À cet égard, avoir signé à lui seul deux chefs-d’œuvre de la science-fiction, Alien et Blade Runner, auxquels toute la produc­tion du genre se réfère depuis plus de quarante ans, suffit à clore les débats. Il est aussi un héri­tier de David Lean, autre Anglais exilé à Holly­wood, avec qui il a en partage le sens de l’épique, coloré d’un regard distant et élégant sur un héroïsme volon­tiers éloi­gné de la flam­boyance des codes améri­cains.

Les Duellistes, le premier film de Ridley Scott avec Harvey Keitel.
Les Duel­listes, le premier film pictu­ral de Ridley Scott en 1977.

Peintre et cinéaste

Leader d’une géné­ra­tion de cinéaste britan­niques venus de la publi­cité à la fin des années 70, « péché origi­nel » mais école très forma­trice dont il tirera le meilleur, Ridley Scott s’em­ploiera toujours à arti­cu­ler l’exi­gence de moder­nité avec une convo­ca­tion perma­nente de l’His­toire de l’art, dont il a une culture ency­clo­pé­dique. Peintre lui-même, dessi­nant ses story-boards, la pres­sion qu’il met sur ses équipes artis­tiques est deve­nue légen­daire !

Alien, chef-d'oeuvre de la science-fiction signé Ridley Scott.
Le vais­seau aban­donné d’Alien (1979).

Dès ses deux premiers films, Les Duel­listes (1976), magni­fique adap­ta­tion de Conrad, puis Alien (1979), le ton est donné : le cinéma de Scott traver­sera l’es­pace et le temps, oscil­lant entre fresques histo­riques et récits futu­ristes. Autant d’oc­ca­sions, de (re)créer des mondes perdus ou anti­ci­pés, dont il soigne les moindres détails, avec un souci maniaque d’au­then­ti­cité. Tout styliste qu’il soit, Scott affirme toujours viser le réalisme, tradi­tion docu­men­taire anglaise oblige. Mais l’ex­pres­sion visuelle que ces récits de tous les défis inspirent reste la grande affaire de son cinéma, où la forme est le fond. Dans des films globa­le­ment peu bavards, les décors construisent une pensée sociale et poli­tique, la lumière dessine une psycho­lo­gie, la musique reflète un état d’âme.

Sigourney Weaver, l'héroïne féminine d'Alien qui défie un monde d'hommes.
Ripley était une femme : la mythique Sigour­ney Weaver dans Alien.

Toute la beauté des mondes

Comme en second plan, ses films « contem­po­rains », parfois plus intimes et secrets (tels Traquée, polar roman­tique des années 80, ou Tout l’argent du monde, auto­por­trait caché), parti­cipent d’une œuvre d’une rare cohé­rence théma­tique chez un cinéaste aussi inté­gré dans le système holly­woo­dien. Scott traite avec constance des sujets les plus sérieux, sans jamais se dépar­tir du désir de spec­tacle et des codes du genre, dont il maîtrise tous les rouages : qui peut se vanter de filmer une bataille comme Ridley Scott ? Son cinéma nous parle pêle-mêle de la volonté de puis­sance (à peu près tous ses films), du code d’hon­neur dans sa noblesse (Black Rain ou Gladia­tor, son film-somme) comme son absur­dité (Les Duel­listes, La Chute du Faucon noir, Le dernier duel) ; de l’argent corrup­teur (Ameri­can Gang­ster, Cartel, House of Gucci) comme des dérives de la foi (King­dom of Heaven, Exodus, 1492), jusqu’aux grandes inter­ro­ga­tions exis­ten­tielles (Blade Runner, Prome­theus). Sans oublier son fémi­nisme décon­tracté et précur­seur : le Lieu­te­nant Ripley d’Alien était une femme et est devenu une icône éter­nelle, et Thelma et Louise, avec ses héroïnes tragiques et solaires, demeure d’une audace inéga­lée. Du haut de ses 84 ans, cet ogre de cinéma déborde de projets, qu’il enchaîne avec une éner­gie impres­sion­nante, et semble nous défier, tel Russel Crowe apos­tro­phant les spec­ta­teurs des jeux du cirque : « N’êtes-vous pas diver­tis !  » Oui, mille fois oui. Et on en rede­mande ! A.L.

La bande annonce d’époque des Duel­listes, le premier film de Ridley Scott (1977).

Rétros­pec­tive Ridley Scott, du 1er juin au 17 juillet à l’Ins­ti­tut Lumière, Lyon 8e. Soirée d’ou­ver­ture mercredi 1er juin à 20h avec Gladia­tor, séance présen­tée par Jérémy Cottin. Lire aussi notre dossier complet Ridley Scott dans notre dernier numéro print de juin.

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...