Sortir à Lyon
Partager cet article :

C’est Magni­fique, le bide du nouveau Clovis Cornillac

Clovis Cornillac et Alice Pol dans C'est magnifique !
Clovis Cornillac dans son propre film avec Alice Pol.

Les bonnes inten­tions ne font pas toujours les meilleurs films. On aurait bien aimé aimer le dernier film de Clovis Cornillac, réali­sa­teur qui a l’au­dace comme son premier film, de choi­sir un sujet origi­nal : celui d’un orphe­lin de la campagne inadapté à vivre en ville surtout quand il s’agit de deman­der des aides socia­les… C’est ainsi qu’il rencontre une jeune femme campée par Alice Pol, au charme et à l’abat­tage toujours revi­go­rants. Las, une fois passée une expo­si­tion longuette, on sourit un instant de voire notre gone dire qu’il ne connaît pas Lyon.

Clovis Corni­lac débarquant dans son Lyon adoré (photos Claire Nicol).

Sous prétexte de naïveté, les déam­bu­la­tions de ce candide dans un monde moderne dont il n’a pas les codes se cantonnent trop souvent à des dialogues concons et des situa­tions stéréo­ty­pées, manquant de rythme comme de poésie visuelle (quelle idée de lui jaunir le visage par effet spécial sous prétexte qu’il a la jaunis­se… ?). Reste une fin un peu plus poétique quand ce Pierre de la campagne se trans­forme en homme invi­sible, et l’ap­pa­ri­tion magique de sa véri­table mère : Myriam Boyer, grand actrice poétique qui vaut le dépla­ce­ment à elle toute seule. Pour les plus patients…


C’est magni­fique de et avec Clovis Cornillac (Fr, 1h37) avec aussi Alice Pol, Myriam Boyer, Lilou Fogli, André Penvern, Laurent Bateau… Sortie le 1er juin.

La vie à la campagne, c’est magni­fique !

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...