Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Ruche, premier film promet­teur sur le combat d’une femme

Critique du film La Ruche de Blerta Bacholli.de
Yllka Gashi dans La Ruche, le premier film de Blerta Basholli.

Elle est deve­nue une icône dans son pays, à cher­cher la vérité sur la dispa­ri­tion de son mari pendant la guerre du Kosovo pendant les années 90. Blerta Nasholli consacre son premier film à Fahrije Hoti, luttant contre le patriar­cat et un système poli­tique corrompu et rétro­grade pour entre­te­nir la mémoire de son mari, et sa ruche. Elle refuse surtout obsti­né­ment sa mort tant qu’elle n’en obtient pas la preuve, de l’ou­ver­ture glaçante des linceuls au début du film à la décou­verte de vête­ments dont elle ne recon­naît pas l’ap­par­te­nance. De ce point de vue, il y autant du Sous le sable de François Ozon qu’une docu-fiction dans ce premier tenu, cadré, nerveux, sans misé­ra­bi­lisme ni sensi­ble­rie.

Les femmes de La Ruche.

Double révé­la­tion fémi­nine

Car cette Ruche est le portrait construit d’une éman­ci­pa­tion au fémi­nin, au milieu des fantômes d’une guerre qui, sans deuil, n’a jamais eu de fin, et d’un patriar­cat bien réel. Blerta Nasholli ne s’ap­pe­san­tit jamais mais filme en acte la façon dont Fahrije Hoti a pris son destin en mains, en s’unis­sant avec d’autres femmes, pour tirer son indé­pen­dance des ressources de son exploi­ta­tion agri­cole. Bien mieux mis en scène que le récent Clara Sola encore à l’af­fiche, cette éman­ci­pa­tion au fémi­nin est d’une toute autre trempe, construit dans sa mise en scène et portée par une actrice impres­sion­nante, Yllka Gashi, révé­la­tion du film. Décou­vrir la véri­table Fahrije dans les images d’ar­chives au géné­rique de fin n’en est que plus émou­vant. A partir d’un sujet origi­nal traité avec intel­li­gence, la double révé­la­tion d’une cinéaste et d’une actrice. Indis­pen­sable.

La Ruche (Hive, Kosovo-Suisse-Alba­nie, 1h23) avec Yillka Gashi, çun Lajçi, Aurita Agushi… Sortie le 1er juin.

Un maxi­mum de nomi­na­tions aux Césars pour Louis Garrel

Tournés dans la région et co-produits par Auvergne Rhône-Alpes cinéma, La Nuit du 12 de Dominik Moll et L'Innocent de Louis Garrel se taille la part du lion pour les nominations aux prochains César. Tant mieux, on les adore ! Ce sont deux films tournés dans la région et deux f...

Moins de séances au cinéma : fini le matin ?

Elles coûtent moins cher... mais elles sont en voie de disparition ! Les séances du matin ont peu à peu déserté les salles de cinéma depuis l'après Covid. Pathé avait le premier lancé le mouvement dans tous ses cinémas lyonnais, commençant ses séances désormais en début d'après-m...

Rétro Paso­lini à l’Ins­ti­tut Lumière : le sexe et la mort

A côté de Mamma Roma, son chef d’œuvre, la rétro Pasolini à l’Institut Lumière permet de revoir les trois volets du projet le plus fou de Pasolini : la Trilogie de la Vie. Une utopie sexuelle débridée, plus sombre qu’il n’y paraît, qui reste une intrusion sans équivalent de la po...