Sortir à Lyon
Partager cet article :

Vous repren­drez bien un peu de bave d’Alien sur grand écran ?

Alien de Ridley Scott à voir à l'Institut Lumière.
Prod DB © 20th Century Fox / DR ALIEN (ALIEN, LE HUITIéME PASSAGER) (ALIEN) de Ridley Scott 1979 GB prŽquelle, classique, monstre, science-fiction, vaisseau abandonne

C’est un peu la suite de 2001, l’Odys­sée de l’es­pace… en mieux ! Les premiers plans d’Alien, 8e passa­ger – des bâtons abstraits qui composent le géné­rique au blanc imma­culé des mate­las de l’es­pace du vais­seau Nostromo – y font d’ailleurs volon­tai­re­ment pensé. Ridley Scott a toujours eu une véné­ra­tion pour Kubrick (Blade Runner contient des plans coupés de Shining et Les Duel­listes, son premier film, rappelle Barry Lindon). Dans les années 70, alors que le Nouvel Holly­wood fait sa révo­lu­tion en tour­nant le dos au cinéma des majors, Scott, déjà vintage, réalise un pur film de studio ! On le trai­tera de has been et de film daté en son temps (1979)… Il est aujourd’­hui consi­déré à juste titre comme un chef-d’oeuvre de la SF et un monu­ment de la pop cultu­re…

Sigour­ney Weaver dans son premier rôle. (20th Century Fox)

Ripley était une femme

Le design est excep­tion­nel (George Lucas peut aller se rhabiller), et la mise en scène, discrè­te­ment mobile, a innervé tous les space movies depuis, entre mystère spatial et montée progres­sive de la tension liée à l’en­fer­me­ment. Mais l’autre tour de force d’Alien, c’est d’évi­ter tous les effets spéciaux inutiles pour une peur orga­nique. Les plans concrets sur les premières tenta­cules ou bébés aliens relè­ve­raient presque du docu­men­taire, ou déjà d’un Cronen­berg… Enfin la moder­nité du propos du futur réali­sa­teur de Thelma et Louise est sidé­rante : en plus d’avoir des blacks dans son vais­seau Nostromo, Ridley Scott confie l’in­tel­li­gence de son récit et le rôle prin­ci­pal à Ripley, un person­nage épicène incarné par… une femme (Sigour­ney Weaver et son regard dans les étoiles, pour son premier rôle). Elle sera la seule à même d’af­fron­ter l’en­fan­te­ment mons­trueux dont il est ques­tion. Et la seule à survivre. C’est ce qui s’ap­pelle un chef-d’oeuvre.

Alien, le 8e passa­ger de Ridley Scott (GB-EU, 1979, 1h57) avec Sigour­ney Weaver, Tom Sker­ritt, John Hurt, Harry Dean Stan­ton, Yaphet Kotto… Dans le cadre de la Rétros­pec­tive Ridley Scott à l’Insti­tut Lumière, Lyon 8e.

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...