Sortir à Lyon
Partager cet article :

Petite Fleur, la nouvelle comé­die déca­lée avec un Poupaud sensa­tion­nel

Melvil Poupaud dans Petite Fleur de Santiago Mitre.
Melvil Poupaud, voisin irrésistible dans Petite Fleur.

Auteur d’un thril­ler poli­tique milli­mé­tré, El Presi­dente, l’Ar­gen­tin Santiago Mitre passe à la comé­die pour faire vivre l’étrange quoti­dien d’un couple prêt à tous les fantasmes – crimi­nels – pour se sortir de l’en­nui… Un dessi­na­teur de BD argen­tin insoupçon­nable trouve donc exil dans le Massif Central, dans “une ville qui ne ressemble pas à la France”, à savoir… Cler­mont-Ferrand ! (le film est une copro­duc­tion Auvergne Rhône-Alpes cinéma). Rapi­de­ment licen­cié, devenu un père au foyer oisif au point d’en­vi­sa­ger le pire, tout va bascu­ler lorsqu’il rencontre Jean-Claude, son voisin fou de vin et de jazz, dandy insup­por­ta­ble… bon à tuer ! Avec la même rigueur, cette drôle de comé­die impas­sible de rema­riage (ou comment un couple va pouvoir se retrou­ver) va virer au noir, adap­tée du roman étrange d’un autre argen­tin, Iosi Havi­lio. On y croise Melvil Poupaud en Méphis­to­phé­lès irré­sis­tible, en pleine matu­rité comique depuis la série Ovni sur Canal, dansant, chan­tant et se faisant déca­pi­ter avec classe, ce qui ne l’em­pê­chera pas de tenir… la voix-off du film ! On se croi­rait dans Trois vies et une seule mort de Raoul Ruiz, le cinéaste chilien – exilé lui aussi – avec qui Poupaud avait commencé à tour­ner enfant. On est en fait en quelque sorte dans “Une vie de couple et plusieurs morts”, chacune étant admi­nis­trée “tous les jeudis”. Toujours la rigueur…

Vimala Pons, solaire.
Melvil Poupaud en amateur vintage de Sidney Bechet.

Seconds rôles hauts en couleur

Dans cet exer­cice de style jouis­sif en forme de comé­die noire loufoque, Santiago Mitre a la bonne idée d’avoir confié son person­nage prin­ci­pal à un acteur impas­sible comme monsieur tout le monde (Daniel Hend­ler, impec­cable), pour mieux faire briller les seconds rôles hauts en couleur autour de lui, comme un imagi­naire farfelu revenu de l’au-delà. Vimala Pons est à croquer (elle a tous les talents, on la retrou­vera même à la Maison de la danse la saison prochaine), et Françoise Lebrun revient de La Maman et la putain pour incar­ner un second rôle le temps d’une scène fine­ment dialo­guée. Au milieu d’une BO épatante entre la rengaine de Sidney Bechet, la musique origi­nale de Gabriel Chwoj­nik et le Capri d’un Hervé Vilard ressus­cité dans une véri­table séquence de concert filmée comme un petit bijou pour l’oc­ca­sion, Santiago Mitre nous amuse jusqu’au dernier moment sans jamais se prendre au sérieux. La décou­verte d’un cinéaste à part entière avec son style propre, grand direc­teur d’ac­teurs à la tendresse insen­sée. Il a plus d’un tour dans son objec­tif : son prochain film, Argen­tina, 85, est déjà fini de tour­ner, et annonce son retour au pays et ses retrou­vailles avec le genre poli­tique et Ricardo Darin, le grand acteur d’El Presi­dente. On a hâte.

Petite Fleur de Santiago Mitre (Fr-Arg,Esp, 1h38) avec Daniel Hend­ler, Melvil Poupaud, Vimala Pons, Sergi Lopez, Françoise Lebrun… Sorti depuis le 8 juin.

Daniel Hend­ler et Melvil Poupaud en pleine dégus­ta­tion.

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...