Sortir à Lyon
Partager cet article :

Petite décep­tion pour Buzz l’éclair, le nouveau Disney-Pixar de l’été

Buzz l'éclair, le nouveau dessin animé Disney-Pixar.
Buzz l'éclair, héros solitaire du dernier Disney-Pixar, le dessin animé de l'été.

Un petit Pixar qui vaut quand même le dépla­ce­ment, même si la maes­tria visuelle prend le pas sur la magie de la narra­tion.

Enfin un dessin animé grand spec­tacle pour toute la famille ! Ce préquel de Toy Story pour racon­ter la vie de Buzz l’éclair avant de deve­nir un jouet commence comme un vrai film de SF dans l’es­pace : un décol­lage pour une planète hostile dans laquelle Buzz aura à partir avec un insecte géant (rappe­lant furieu­se­ment le serpent de Harry Potter) et ses chauves-souris aux yeux rouges pour lui servir d’es­corte. On est en 3902 et Buzz tient son “jour­nal de bord” de ranger de l’es­pace (qui se termi­nera en… 4017 !).

Le "navet" spatial de Buzz l'éclair.
Le « navet » spatial de Buzz l’éclair.
Buzz l'éclair et Sox, son nouveau compagnon.
Buzz l’éclair et son PA, Sox.

Vers l’in­fini et l’au-delà du réalisme

Le film lui emboîte son pas de cosmo­naute : après le monde des jouets inani­més de Toy Story, c’est le réalisme des décors de SF, inté­rieurs comme exté­rieurs, et des situa­tions qui consti­tue le meilleur atout de cette prequel au demeu­rant très adulte. Car il en va de l’ani­ma­tion comme de la poli­tique : les tech­nos ont pris le dessus et carburent pour trou­ver les solu­tions les plus ingé­nieuses dans un monde hosti­le…

Baiser lesbien censuré

Sox, le petit chat plein de ressources pour “l’as­sis­ter psycho­lo­gique­ment”, n’est qu’un “robot de compa­gnie” et la bande de rangers de l’es­pace qui l’en­toure fait le job mais n’est pas si fun que ça… On passera donc sur la polé­mique d’un baiser lesbien coupé puis réin­tro­duit au montage : il ne s’agit pas temps des person­nages ni du rapport à l’en­fance ici (limité aux mensonges d’en­traide et de persé­vé­rance tradi­tion­nels) qu’une série d’obs­tacles à fran­chir pour atteindre “l’hy­per­vi­tesse” à la façon d’un escape game.

Zurg, le plus monstrueux des robots contre Buzz l'éclair.
Buzz l’éclair contre Zurg, « le plus mons­trueux des robots ».

Buzz l’éclair contre Goldo­rak

La magie de la narra­tion Pixar reste donc rela­ti­ve­ment grip­pée comme souvent depuis la fusion avec Disney, et “la brèche dans le temps” finale pour virer vintage dans le passé après s’être projeté dans le futur, appa­raît là encore comme un simple truc de tech­ni­cien. Reste l’ani­ma­tion de cette course-pour­suite spatiale contre un néo-Goldo­rak dénommé Zurg, impres­sion­nante de bout en bout. Notam­ment lors d’une traque de robots au milieu d’une Monu­ment Valley revi­si­tée. Pour la partie cosmo­naute, on se croi­rait par moments dans Inters­tel­lar , Gravity ou un bon vieux James Bond pour les stations spatiales, tant le réalisme SF est bluf­fant. Même un petit Pixar reste le haut de gamme du diver­tis­se­ment fami­lial, à condi­tion de lais­ser peut-être les plus petits bambins à la maison devant Goldo­rak.


Buzz l’éclair d’An­gus McLane (EU, 1h40). Dessin animé avec les voix de François Civil, Chan­tal Lade­sou… Sortie mercredi 22 juin.

Buzz l'éclair et sa bande de rangers de l'espace.
Tout la bande rangers de l’es­pace dans Buzz l’éclair.

L’Homme parfait, le nouveau navet avec PEF et Didier Bour­don

Pire que Champagne !, le dernier film avec Elsa Zylbertein ? Rien n'est impossible pour la production française ! L'Homme parfait de Xavier Durringer creuse encore un peu plus profond le puits sans fond de la comédie à la française. Bienvenue dans la misogynie crasse de la gro...

Incroyable mais vrai, Dupieux s’amuse avec Chabat et Léa Drucker

Certes, on commence à connaître l'humour absurde de Quentin Dupieux (cf notre autre critique pour un avis différent), mais il retrouve une certaine verve et surtout enfin un peu de simplicité avec ce condensé de son art en 1h14. Benoît Magimel est hilarant en gros beauf manipulan...