Sortir à Lyon
Partager cet article :

Men d’Alex Garland, le film d’hor­reur fémi­niste d’un nouveau genre

Men, le film d'horreur féministe d'Alex Garland.
Jessie Buckley en plein cauchemar.

Ça commence bien. Harper (c’est une fille) voit passer un homme devant sa fenê­tre… à la verti­cale ! On comprend vite qu’il s’agit de son mari, qui a décidé de se suici­der du dernier étage, alors qu’elle avait pris la déci­sion de divor­cer. Évidem­ment atteinte par les événe­ments – même si son mari carré­ment gonflant lui faisait déjà un chan­tage au suicide – elle décide de quit­ter un temps leur appar­te­ment londo­nien pour la campagne anglaise. Elle est accueillie dans un genre de cottage de la taille d’un manoir par un proto­type de garde-chasse dégé­néré, les dents pas droites, le teint rougi par la Guin­ness, tel qu’on en croise prin­ci­pa­le­ment dans les films d’hor­reur. Cela tombe bien, c’est juste­ment un film d’hor­reur.

Jessie Buck­ley au bout de la nuit.

Machisme et couteaux de cuisine

La villé­gia­ture campa­gnarde dégé­nère quand un homme venu de la forêt, tout nu, blan­châtre et scari­fié, la surveille. Elle rencontre tour à tour le poli­cier du village, puis le vicaire dans son église flip­pante et le patron du pub, tous aussi déplai­sants. Le fait d’em­ployer le même acteur pour la plupart des rôles mascu­lins ne laisse aucun doute, « les hommes » est une espèce à part consti­tuée de harce­leurs machistes qui exercent leur domi­na­tion patriar­cale depuis la nuit des temps. La radi­ca­lité du propos n’ex­clut pas une certaine ambi­guïté. Le machisme serait né d’une nature panthéiste et ne serait donc pas une construc­tion intel­lec­tuelle. Ce qui n’em­pêche pas de se servir des couteaux de cuisine (en évidence, jamais dans un tiroir dans les films anglo-saxons). Le cottage maudit sera mal noté sur Abri­tel.

Men d’Alex Garland (GB, 1h40) avec Jessie Buck­ley, Rory Kinnear, Paapa Esie­deu… Sorti depuis le 15 juin.

Tous les hommes sont Rory Kinnear.

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...