Sortir à Lyon
Partager cet article :

Tremble, Ô Mata­dor, chro­nique poli­tique LGBT qui s’étire en longueur

Je tremble, ô Matador, de Rodrigo Sepulveda.
Le nouveau film de Rodrigo Sepulveda.

Un vieux travesti accepte de cacher chez lui les docu­ments d’une jeune révo­lu­tion­naire plutôt « guapo » en pleine dicta­ture de Pino­chet. L’ami­tié amou­reuse impos­sible sur fond de dicta­teur rappelle furieu­se­ment l’au­tre­ment plus réussi Fraise et Choco­lat se dérou­lant à Cuba. Ici, le contexte poli­tique ne tient qu’à une ou deux manifs qui ne feraient même pas peur à Mélen­chon, et le maté­riau s’étire en multi­pliant les chan­sons pour faire passer le temps (votre BO sud-améri­caine pour cet été). Jusqu’à ce qu’une fella­tion volée au sommeil de l’un libère enfin les velléi­tés de l’autre, dans une histoire d’amour aussi impro­bable qu’im­pos­sible. Mouais.

Je tremble, ô Mata­dor de Rodrigo Sepul­veda (Tengo miedo, torero, Mex-Chi, 1h33) avec Alfredo Castro, Leonardo Ortiz­gris, Juan Elias Tovar… Sortie le 15 juin.

L’Homme parfait, le nouveau navet avec PEF et Didier Bour­don

Pire que Champagne !, le dernier film avec Elsa Zylbertein ? Rien n'est impossible pour la production française ! L'Homme parfait de Xavier Durringer creuse encore un peu plus profond le puits sans fond de la comédie à la française. Bienvenue dans la misogynie crasse de la gro...

Incroyable mais vrai, Dupieux s’amuse avec Chabat et Léa Drucker

Certes, on commence à connaître l'humour absurde de Quentin Dupieux (cf notre autre critique pour un avis différent), mais il retrouve une certaine verve et surtout enfin un peu de simplicité avec ce condensé de son art en 1h14. Benoît Magimel est hilarant en gros beauf manipulan...