Sortir à Lyon
Partager cet article :

Elvis de Baz Lurh­mann, déjà le meilleur film de l’an­née

Elvis, le biopic de Baz Luhrmann.
Austin Butler assailli dans Elvis de Baz Luhrmann.

Le meilleur film de Baz Luhr­mann. Le meilleur rôle de Tom Hanks. La révé­la­tion d’Aus­tin Buster en Elvis Pres­ley. Un grand film.

Dès le logo Warner pailleté de bijoux en ouver­ture du géné­rique, on se dit que ça va être grand. Welcome to Las Vegas, ça commence à 300 à l’heure avec une caméra plus virtuose et plus mobile que chez Scor­sese. Scènes de gospel et de musique black conta­gieuses dans les bouges de Memphis au “Beale street style”, on assiste à l’as­cen­sion du King blanc qui se met à s’agi­ter quand, la veste rose poudré et le make-up girly, on commence à la prendre pour un effé­miné.

Scène de musique black à Beale Street dans Elvis de Baz Luhrmann.
Un bar de Beale street dans Elvis.

La fureur de vivre

Le jeté de petites culottes sur scène n’aura pas besoin d’at­tendre long­temps avec des femmes en extase qui découvrent la jouis­sance du lâcher prise dans l’Amé­rique puri­taine des sixties. La première réus­site de cet Elvis, c’est de faire de son héros sulfu­reux le héros de la jeunesse d’aujourd’­hui grâce à son génie de la mise en scène (géniale séquence sur le rap d’Eminem, parfai­te­ment inté­grée au propos). A ses thèmes-miroirs aussi (rébel­lion, addic­tion, auto­des­truc­tion), pour racon­ter l’as­cen­sion et la chute du King par celui qui a été juste­ment accusé de les provoquer : le vrai-faux colo­nel Parker, mana­ger “roi de l’en­tour­loupe”, campé par un Tom Hanks mécon­nais­sable avec son double menton, son crâne rasé et sa voix (off) de pervers poly­morphe, paran­gon de son époque.

Austin Butler en Elvis Presley à Las Vegas.
Austin Butler en Elvis Pres­ley à Las Vegas.
Elvis Presley sur scène.
Austin Butler sur scène (en chan­tant lui-même).
Austin Butler en costume rose pour la prepière apparition d'Elvis Presley.
Les hordes de fans s’ar­rachent Elvis.

Mort et résur­rec­tion de la pop culture

Car à travers l’his­toire de la musique (B.B. King, James Brown ou les Jack­son) et celle des médias (de Holly­wood à la télé­vi­sion en un seul plan), c’est bien celle de l’Amé­rique et de ses ambi­va­lences que raconte Baz Luhr­mann à travers celui qui fut tout à la fois le créa­teur et le bour­reau d’El­vis (génial Austin Butler, bombe sexuelle puis bombe tout court). Luxure, place aux mino­ri­tés, affron­te­ments avec la police, la séquence de “Vous cher­chez les embrouilles ?” dit tout de la dimen­sion poli­tique d’El­vis sous le pantin pop qui affo­lait les filles.

La première apparition d'Elvis Presley sur scène.
La première appa­ri­tion d’El­vis Pres­ley sur scène, en costume rose poudré.

Au sommet de son art, entre vertige colo­risé à Las Vegas, noir et blanc surex pour évoquer le rêve d’ac­teur holly­woo­dien, split-screen d’images d’ar­chives et scènes de concert filmées comme une comé­die musi­cale en soli­taire, Baz Lurh­mann réus­sit à nous faire ressen­tir jusqu’au virage person­nel du King après l’as­sas­si­nat de Kennedy (et celui de Sharon Tate). En termi­nant sur un mélo poignant le temps d’une dernière chan­son à bout de force, bien réelle celle-là (la plupart sont inter­pré­tées à s’y trom­per par Austin Butler aupa­ra­vant). “C’est son amour pour vous qui l’a tué” nous balance en pleine face son mana­ger de Tom Hanks à la fin du film, nous renvoyant à nos chimères de public vampi­rique. La mort du King signe en même temps celle d’une certaine pop culture, dont Baz Lurh­mann est certai­ne­ment le meilleur repré­sen­tant derrière la caméra. Grand film.

Elvis de Baz Lurh­mann (Aus-EU, 2h39) avec Austin Butler, Tom Hanks, Olivia DeJonge, Richard Roxburgh… Sortie le 22 juin.

Portrait d'Austin Butler en Elvis Presley.

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...